mardi , 19 septembre 2017
Accueil / CINÉMA / Cannes 2017 : les petites blagues du grand Clint Eastwood

Cannes 2017 : les petites blagues du grand Clint Eastwood

La légende américaine donnait dimanche une master class sur la Croisette.

«Heureusement qu’on l’écouterait même s’il lisait le bottin…» Le commentaire d’un spectateur après la rencontre avec Clint Eastwood, dimanche après-midi au Palais des Festivals, traduisait bien le sentiment général : la satisfaction d’avoir vu l’icône américaine, mêlée de la frustration face aux réponses lapidaires du cinéaste. Il faut dire que l’attente était grande avant cet événement pompeusement appelé «Master class – leçon de cinéma de Clint Eastwood». Quarante-cinq minutes avant l’horaire officiel, on ne pouvait même plus sortir des ascenseurs à l’étage qui accueillait l’événement !

Lorsque le réalisateur américain — dont le film «Impitoyable» était présenté samedi dans la sélection Cannes Classics — fait son apparition dans la salle Buñuel, pleine à craquer de 400 festivaliers, il a droit à une ovation de plusieurs minutes.

Des anecdotes au compte-gouttes

Très cool, en jean-baskets, casquette à la main, Clint assied sa longue silhouette autour d’une petite table ronde. Et commence à répondre aux questions du journaliste du «Los Angeles Times» assis en face de lui. Celui-ci l’interroge d’abord sur son enfance pendant la Grande Dépression («On déménageait tout le temps», commente simplement Eastwood), avant d’évoquer sa carrière.

La voix un peu tremblante, jouant avec ses mains noueuses, le réalisateur divulgue alors quelques anecdotes… au compte-gouttes. Son premier rôle, c’était, au collège, celui d’un enfant «un peu retardé» («La prof trouvait que j’étais parfait pour cela»). Si Sean Penn a tout de suite dit «bingo» quand Eastwood lui a proposé «Mystic River», Meryl Streep avait commencé par refuser «Sur la route de Madison» parce qu’elle n’avait pas aimé le livre. «Est-ce que c’était drôle de travailler avec Meryl Streep ?», demande alors le journaliste. «Oui», assure le réalisateur. Puis, après un silence suivi d’un sourire : «C’était OK… C’était bien.»

Sur son métier, Clint Eastwood lâche simplement qu’il privilégie la première prise et reste «calme» sur un plateau, alors que «les autres réalisateurs hurlent tout le temps». Il confirme qu’il réalisera un film sur l’attaque terroriste du Thalys d’août 2015 et, interrogé sur une éventuelle retraite, termine sur une ultime pirouette : «J’aime jouer au golf, mais je ne veux pas passer ma vie à jouer au golf avec des vieux types.» Une master class, vraiment ?



 

Écrit par SONIA LINE

Regardez également

L’acteur Roger Moore inoubliable James Bond est mort à l’âge de 89 ans

ImprimerL’acteur britannique est mort à l’âge de 89 ans, selon une information révélée mardi par …

Laisser un commentaire