Accueil / Animaux / 245 moutons saisis dans l’Orne Maltraitance animale et confiés à la Fondation Brigitte Bardot. (Vidéo)

245 moutons saisis dans l’Orne Maltraitance animale et confiés à la Fondation Brigitte Bardot. (Vidéo)

Ce vendredi 10 juillet 2020, la préfecture de l’Orne a annoncé avoir retiré 245 moutons maltraités à leur propriétaire, dans les communes de Trun et d’Almenêches. Ils ont été pris en charge par la Fondation Brigitte Bardot en attendant le jugement de leur détenteur.

Ce sont des faits graves de maltraitance animale qui ont conduit les services de l’État, dans l’Orne, à intervenir, jeudi 9 juillet 2020, sur cinq sites répartis dans les communes de Trun et d’Almenêches, près d’Argentan.

Après une nouvelle plainte, la préfète Françoise Tahéri a décidé de retirer 245 moutons à leur propriétaire. Sur place, et en présence des forces de la gendarmerie, les inspecteurs de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) ont constaté de graves manquements concernant les conditions de détention et le bien-être des bêtes.

Le propriétaire averti à plusieurs reprises

À savoir, « la présence de plusieurs cadavres en état de décomposition avancée, l’absence de nourriture ou d’eau en quantité suffisante, des défauts d’identification des animaux et la présence de nombreux moutons non tondus en état de souffrance », relate la préfecture dans un communiqué.

#SauvetageLe sauvetage des moutons est toujours en cours ! Les animaux sont dans un très triste état… Les équipes de la FBB restent mobilisées pour les prendre en charge !

Publiée par Fondation Brigitte Bardot sur Jeudi 9 juillet 2020


Ce sont des faits graves de maltraitance animale qui ont conduit les services de l’État, dans l’Orne, à intervenir, jeudi 9 juillet 2020, sur cinq sites répartis dans les communes de Trun et d’Almenêches, près d’Argentan.

Advertisement

Après une nouvelle plainte, la préfète Françoise Tahéri a décidé de retirer 245 moutons à leur propriétaire. Sur place, et en présence des forces de la gendarmerie, les inspecteurs de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) ont constaté de graves manquements concernant les conditions de détention et le bien-être des bêtes.

Le propriétaire averti à plusieurs reprises

À savoir, « la présence de plusieurs cadavres en état de décomposition avancée, l’absence de nourriture ou d’eau en quantité suffisante, des défauts d’identification des animaux et la présence de nombreux moutons non tondus en état de souffrance », relate la préfecture dans un communiqué.

Circonstance aggravante : le détenteur du troupeau, un retraité, avait déjà fait l’objet de deux mises en demeure des services vétérinaires pour les mêmes agissements. « Il s’agit d’un retraité qui déclarait détenir une centaine de moutons pour entretenir des pâturages, relate Thierry Bergeron, directeur de la DDCSPP. Il était suivi depuis 2018 et nous avions effectué plusieurs déplacements après signalements auprès de nos services. »

A voir aussi

Savoie : une cellule de crise ouverte pour nourrir et évacuer plus de 6 000 animaux coincés par la neige

Depuis vendredi soir, 6 000 moutons et brebis et une centaine de vaches sont pris …

Laisser un commentaire