Accueil / Santé / CARTE – Moustique tigre : plus de la moitié de la France en vigilance rouge

CARTE – Moustique tigre : plus de la moitié de la France en vigilance rouge

Le site Vigilance-Moustiques a publié sa carte 2020 de la présence du moustique tigre en France. Six départements supplémentaires apparaissent en vigilance rouge cette année, soit au total 57 départements où ce moustique – responsable de la dengue et du chikungunya – est désormais implanté et actif.

En 2020, le moustique tigre est présent dans 67 départements soit près de 65% de la France, dont 57 départements en vigilance rouge, selon le site Vigilance-Moustiques dans sa carte annuelle. Cette vigilance rouge signifie que l’insecte est officiellement implanté et actif.

Progression spectaculaire

La carte montre que “la progression du moustique tigre est toujours spectaculaire avec _six nouveaux départements placés en vigilance rouge_«  souligne le site Vigilance-Moustiques. La Charente, le Cher, la Loire-Atlantique, les Yvelines, les Deux-Sèvres, la Vienne rejoignent ainsi les 51 départements dans lesquels le moustique tigre était déjà implanté et actif en 2019. L’insecte colonise l’Europe depuis les années 2000 et la France depuis 2006. 

Vecteur de maladies tropicales, dengue, chikungunya, Zika

Le moustique tigre peut transmettre des maladies tropicales comme la dengue, le chikungunya, le virus Zika. Heureusement elles sont rares dans l’Hexagone même si le risque existe rappelle le site de l’ARS Ile-de-France. 

En 2019, le moustique tigre a été responsable de 400 cas de dengue en France. En revanche, il ne transmet pas le nouveau coronavirus, a confirmé l’Organisation mondiale de la santé. Comme il n’existe pas de vaccin, pour limiter la propagation de ces maladies, il faut réduire la prolifération de l’insecte transmetteur.  

43% des habitants en zone rouge ne savent pas le reconnaître 

Le moustique tigre aime l’humidité, la chaleur, les zones urbaines habitées car il préfère piquer les humains que les animaux. Reconnaissable aux rayures blanches sur son corps et ses pattes, il est agressif mais pas très vif donc plutôt “facile à écraser” précise le site Vigilance-Moustiques.

Il n’est pourtant pas si simple de l’identifier. Début avril, l’IFOP a montré que dans les départements concernés par la vigilance rouge, 43% des habitants ne savent pas reconnaître un moustique tigre. 

Eviter les eaux stagnantes, pot de fleurs, gouttières bouchées 

Pour éviter la propagation du moustique tigre il faut éviter l’eau stagnante à proximité des habitations.

  • Vider les vases, les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable humide
  • Supprimer ou vider régulièrement les petits récipients pouvant contenir de l’eau dans les jardins
  • Rendre les bidons de récupération d’eau de pluie inaccessibles aux moustiques (les couvrir d’une moustiquaire ou d’un tissu fin), retourner les arrosoirs
  • Prévoir une pente suffisante pour que l’eau ne stagne pas dans les gouttières
  • Veiller à la bonne évacuation des eaux de pluie
  • Ranger à l’abri de la pluie tous les stockages pouvant contenir de l’eau : pneus, bâches plastique, jeux d’enfants
  • Pour les récipients impossibles à vider (puits, collecteurs d’eau de pluie ouverts…), on peut les couvrir hermétiquement avec de la toile moustiquaire ou, à défaut, recouvrir cette eau d’une fine couche d’huile : les larves ne peuvent plus respirer et meurent

Que faire en cas de piqûre ?  

La piqûre provoque un petit bouton rouge qui démange assez vite. Il faut alors désinfecter pour limiter le risque de contagion. Il est important de consulter en cas d’apparition des symptômes dans les cinq jours, tels que de forte fièvre, maux de tête, courbatures, douleurs articulaires, musculaires, conjonctivite, fatigue.

Comment se protéger ?

Pour se protéger des piqûres de moustiques tigres il est recommandé de :

  • porter des vêtements couvrants et amples ;
  • si possible, allumez la climatisation : les moustiques fuient les endroits frais ;
  • Appliquer sur votre peau des produits antimoustiques en vous conformant aux conseils de votre médecin ou de votre pharmacien. Un répulsif cutané doit être choisi suivant la tranche d’âge et la population concernée, surtout en ce qui concerne les enfants et les femmes enceintes ;
  • Des moustiquaires de berceau imprégnées peuvent être utilisées pour les nourrissons et les bébés ;
  • Utiliser des diffuseurs d’insecticides à l’intérieur et des serpentins à l’extérieur.

A voir aussi

« Si tu portes un masque, fais le bien ! » : Les conseils des soignants du CHU. (Vidéo)

La vidéo, réalisée par des soignants du CHU de Nantes, a été largement relayée sur …

Laisser un commentaire