Accueil / Actualités / France / Celio prévoit la fermeture de 102 magasins en France, 383 emplois menacés

Celio prévoit la fermeture de 102 magasins en France, 383 emplois menacés

Alors que la situation économique se dégrade en France en plein rebond de l’épidémie de Covid-19, l’enseigne de prêt-à-porter Celio annonce ce mercredi prévoir la suppression de 383 postes et la fermeture de 102 magasins.

L’enseigne de prêt-à-porter masculin Celio prévoit la « fermeture de 102 magasins en succursales et la suppression de 383 postes » dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) présenté ce mercredi aux représentants des salariés. 

L’entreprise française avait été placée en procédure de sauvegarde à la fin du mois de juin. L’épidémie de Covid-19 est venue accentuer les problèmes de l’enseigne déjà en difficulté. 

Des consultations jusqu’au premier trimestre 2021

Plus précisément, « 344 emplois en magasin et 39 dans les fonctions support » sont concernés, selon un communiqué de la direction. 

Elle précise que la consultation du CSE « s’étendra jusqu’au premier trimestre 2021 » et que les magasins resteront ouverts « pour la période de Noël, à l’exception de quelques uns dont les baux arrivent à échéance ». Dans ce texte, la direction « s’engage à mettre tout en oeuvre pour proposer des solutions favorisant le repositionnement des salariés concernés, grâce à des mesures de reclassement interne et à un accompagnement personnalisé pour la construction de projets professionnels externes ».

L’enseigne fondée en 1978 compte à l’heure actuelle 1.500 magasins dans 46 pays, dont 478 magasins en France, et 4.200 collaborateurs dans le monde, dont 2.416 en France au 1er octobre 2020.

Des difficultés renforcées par la crise sanitaire

Celio n’est pas la seule enseigne de prêt-à-porter à faire les frais de la crise du Covid-19, puisque La Halle, André, Naf Naf ou Camaïeu ont tous perdu des salariés, précise l’AFP. Les deux précédentes années avaient déjà été marquées en France par les manifestations des gilets jaunes et par les mobilisations sociales contre la réforme des retraites, qui ont affecté de nombreux commerces.

Par ailleurs, le marché de la mode est structurellement en difficulté et « a perdu 17% de sa valeur sur les dix dernières années », selon Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce, qui rassemble l’Union du grand commerce de centre-ville, la Fédération des enseignes de l’habillement et celle des enseignes de la chaussure.
Selon eux, un reconfinement « aurait des conséquences dramatiques pour le commerce à l’approche de la période des fêtes de fin d’année ». Cette période représente « plus de 20% du chiffre d’affaires annuel des enseignes de mode », note Yohann Petiot.

A voir aussi

Rennes : crachats, insultes… dans les supermarchés, un confinement pire que le premier

Depuis fin octobre 2020, hôtesses de caisse, d’accueil, agents de sécurité subissent les foules qui …

Laisser un commentaire