Accueil / Actualités / France / Ces parents qui ne veulent pas renvoyer leurs enfants à l’école dès le 11 mai

Ces parents qui ne veulent pas renvoyer leurs enfants à l’école dès le 11 mai

Les établissements scolaires doivent rouvrir le 11 mai de manière « progressive » et avec des « aménagements », sans que ces derniers n’aient encore été précisé. Des garanties insuffisantes, jugent certains parents.

Alors que le président de la République a annoncé lundi soir la réouverture des crèches, écoles, collèges et lycées à partir du 11 mai prochain, du côté des familles – confinées depuis un mois – cette décision est loin de faire l’unanimité. Si Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, a précisé ce mardi que le retour à l’école ne serait « pas obligatoire », mais « progressif » et avec « beaucoup d’aménagements », nombre de parents restent inquiets face au risque de contagion au covid-19.

« Ils vont se contaminer direct »

C’est le cas de Delphine*. Cette mère d’un garçon de 10 ans – stressé à l’idée de passer en 6e sans retourner en classe avant la rentrée de septembre – a d’abord été soulagée. « Notre première réaction, ça a été d’être contents. Contents qu’il retourne à l’école, qu’il retrouve la maîtresse et ses copains », raconte à BFMTV.com cette enseignante qui habite en Seine-et-Marne. Mais très rapidement, l’enthousiasme du garçonnet à l’idée de revenir à l’école s’est assombri.

« Il m’a dit: ‘mais moi, j’ai peur d’attraper la maladie’. Il est scolarisé dans une classe unique qui va de la grande section de maternelle au CM2. Ils partagent les mêmes stylos, les mêmes objets. J’ai réfléchi et ce matin, j’étais beaucoup moins emballée à l’idée qu’il retourne en classe. »

D’autant que son fils est asthmatique. « Il a bien intégré l’importance de se laver les mains et de faire attention mais les enfants sont très tactiles, ils jouent ensemble, ils vont se contaminer. » Si Delphine estime que ce serait « bon » pour le moral de son fils et son avenir scolaire qu’il retourne à l’école, elle ne sait pas encore si elle prendra « le risque » le 11 mai. Et envisage d’ici là de demander l’avis de son médecin traitant.

« On ne peut pas leur faire porter un masque! »

Si les plus grands peuvent comprendre et tenter d’appliquer les gestes barrière, c’est plus compliqué pour les plus jeunes. Pauline*, mère de deux enfants de 5 ans et 14 mois, se dit quant à elle perplexe. « Quand on voit que les étudiants ne reprendront qu’en septembre, on comprend que l’on renvoie les enfants à l’école pour que leurs parents puissent travailler, j’attends de voir ce qui va être annoncé », témoigne-t-elle pour BFMTV.com. 

Cette directrice adjointe de crèche qui réside dans l’Essonne aurait préféré que le confinement soit prolongé. Elle assure ne pas être « sereine » à l’idée de remettre ses enfants en collectivités dans quatre semaines.

« Dans la classe de ma fille, ils sont 25 enfants dans 30m2. En crèche, la promiscuité est encore plus flagrante, d’ailleurs les petits s’échangent tous leurs germes, on le sait, c’est comme cela qu’ils font leur immunité. On dit que les enfants sont porteurs sains et asymptomatiques mais ils peuvent transmettre le virus et on ne peut pas leur faire porter un masque! »

Une pétition contre une décision jugée « irresponsable »

C’est pour cela que la mère d’une collégienne, Adina de Souzy, a pris l’initiative de lancer une pétition contre la réouverture des établissements scolaires. Cette habitante de la région Paca dénonce ainsi une absence de logique alors que les lieux publics – cafés, restaurants, théâtres ou cinémas – restent fermés. « C’est complètement fou et irresponsable », accuse-t-elle, craignant que le retour des enfants à l’école ne fasse rebondir l’épidémie. 

A voir aussi

Rennes : crachats, insultes… dans les supermarchés, un confinement pire que le premier

Depuis fin octobre 2020, hôtesses de caisse, d’accueil, agents de sécurité subissent les foules qui …

Laisser un commentaire