Accueil / Actualités / Société / Cherbourg : ils devaient partir faire le tour du monde… ils se retrouvent sans logement !

Cherbourg : ils devaient partir faire le tour du monde… ils se retrouvent sans logement !

La résiliation du bail de leur logement étant prévue à la fin du mois d’avril, le couple de Cherbourg a dû trouver une solution pour se reloger en urgence.

C’était moins une ! Émilie Rotrou et Marius Heuvet devaient quitter leur logement à la fin du mois d’avril et s’envoler pour un tour du monde. Ce couple de Cherbourgeois préparait son périple depuis plusieurs mois.

Emilie et Marius avaient prévu de voyager à travers l’Asie, l’Océanie et l’Amérique du sud pour l’année à venir.

Fin du bail

Leur projet, baptisé À travers nos yeux, devait leur permettre de découvrir d’autres cultures et de voir d’autres paysages avant de revenir s’installer pour de bon dans le Cotentin.

Ils ont choisi de reporter leur départ au mois de septembre, en croisant les doigts pour que la situation sanitaire se soit améliorée. Mais en attendant, ils se sont retrouvés en difficulté :

Nous avions envoyé notre demande de résiliation du bail début janvier. Le propriétaire nous a laissés 15 jours supplémentaires mais on ne pouvait pas rester plus longtemps. Nous avons fait des recherches sur Airbnb et dans des campings, mais tout le monde est pieds et poings liés. 

Solution proposée par la famille

Finalement, le couple a trouvé une solution. Il sera logé temporairement dans la famille, à Helleville. Le déménagement est prévu pour le 8 mai, même s’il n’y a plus grand-chose à stocker. Emilie explique : 

Beaucoup de choses vont être vendues ou le sont déjà. Nous ne gardons que ce qui nous servira à notre retour, comme le lit et le canapé. 

Émilie a démissionné de son travail et son conjoint avait pris une année sabbatique. Elle se retrouve sans revenu avant le départ, et lui a pu s’arranger avec son employeur.

Leurs billets d’avion aussi étaient réservés et ils ne sont pas sûrs d’être remboursés. C’est le cœur lourd qu’ils patientent, comme tout le monde, pour reprendre le fil de leur aventure.

A voir aussi

Enchères : un soulier de Marie-Antoinette adjugé pour plus de 40 000 euros

La figure de la reine d’origine autrichienne, décapitée sous la Terreur en 1793, comme son …

Laisser un commentaire