Accueil / Actualités / Faits divers / Christophe Chalençon le Gilet jaune arrêté et placé en garde à vue à Paris

Christophe Chalençon le Gilet jaune arrêté et placé en garde à vue à Paris

L’ancienne tête de liste aux européennes est visée par un mandat de recherches, émis par le tribunal de Carpentras. Il ne s’est pas rendu à une convocation judiciaire.

Les services de renseignement s’inquiétaient des appels à manifester dans la capitale, en ce premier jour de déconfinement. Ce lundi, un groupe de Gilets jaunes s’est donné rendez-vous pour manifester dans la capitale. Parmi eux, Christophe Chalençon, qui a été interpellé en début de soirée.

Ancienne tête de liste aux européennes, il avait, le 3 mai, appelé sur sa page Facebook à « verrouiller Paris » et à « tuer » le gouvernement en ce 11 mai. « Si on doit y rester une semaine ou 15 jours à Paris, on y restera. Il y a des forces qui arrivent demain, qui montent dans la nuit », martelait aussi un peu plus tôt dans la journée cette figure des Gilets jaunes, dans une vidéo, alors qu’il était en route vers la capitale.

Visé par un mandat de recherches

Il était pourtant seul, lorsqu’il a été interpellé vers 19 heures, au niveau de la porte d’Italie, par la BRI Nationale (Brigade de recherches et d’intervention) qui le suivait depuis son arrivée dans l’après-midi, indiquent au Parisien des sources proches du dossier, confirmant une information de LCI. Le forgeron de profession fait l’objet d’un mandat de recherches prononcé par le parquet de Carpentras le 10 mai.

Le quinquagénaire ne s’est pas rendu à une convocation de la justice, formulée après la diffusion d’une de ses vidéos, le 8 mai dernier, dans laquelle il appelait au soulèvement. « Nous allons renverser ce pouvoir oligarchique », « nous devons tomber le pouvoir jacobin », « portons ensemble le dernier coup de dague à ce pouvoir », clamait-il notamment, assurant avoir le soutien de « généraux de l’armée » et d’« anciens militaires ».

Il est depuis poursuivi pour « provocation à la commission d’atteinte volontaire à l’intégrité de la personne », « provocation à la commission de crimes ou délit portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation » et « provocation à s’armer contre l’autorité de l’Etat ». L’enquête portant sur ces faits a été ouverte par le parquet de Carpentras et confiée à la police judiciaire de Montpellier.

Une garde à vue toujours en cours

Le Gilet jaune n’a pas opposé de résistance lors de son interpellation. Il a été placé en garde à vue dans les locaux de l’OCRVP (Office central pour la répression des violences aux personnes), à Nanterre, en raison de ce mandat de recherches et s’y trouve toujours ce lundi soir.

« On fait face à une justice à deux vitesses, applicable immédiatement aux faibles, et une autre justice clémente avec les forts », a réagi auprès du Parisien Me Philippe de Veulle, l’avocat de Christophe Chalençon, fustigeant un « projet de loi d’immunité pour le gouvernement pour ses incuries et ses mensonges sur la crise sanitaire ».

A voir aussi

Elle tente de faire passer plus de 1000 euros de courses en payant 88 centimes

Une cliente a essayé de passer en caisse avec plus de 1 000 euros de …

Laisser un commentaire