Accueil / Actualités / France / Confinement : questions sur la probable surveillance par nos smartphones

Confinement : questions sur la probable surveillance par nos smartphones

Afin de contrôler les déplacements, de nombreux pays mettent en place des applications ou exploitent les données mobiles. Une pratique polémique qui pourra depuis ce lundi être légalement implantée en France.

Il sert à passer le temps en plein confinement mais pourrait aussi se transformer en mouchard. Toujours dans nos poches, notre smartphone nous accompagne partout, surtout où il ne faudrait pas aller pour limiter les contagions.

Géolocalisation de l’appareil ou bornage téléphonique… les opérateurs Télécoms et les fabricants ont depuis plusieurs années les moyens techniques de suivre nos déplacements à la trace numérique. À la demande des autorités, ils pourraient exploiter ces données personnelles en France comment le font déjà d’autres pays.

Selon plusieurs juristes consultés, l’état d’urgence sanitaire, voté dimanche soir, va permettre l’instauration de telles mesures temporaires. Elles viseraient les malades tout comme les personnes confinées qui portent potentiellement le virus.

Comment ça fonctionne en théorie ?

Il existe deux techniques principales pour surveiller des individus à condition évidemment qu’ils prennent leurs téléphones en vadrouille.

Utilisé dans les enquêtes pour prouver la présence d’un suspect sur zone, le bornage téléphonique s’appuie sur la nécessité pour un terminal de se connecter à l’antenne relais physique la plus proche. Cette activation va trahir la position d’une personne dans un périmètre autour de cette « borne » que les opérateurs surveillent. Si un contrevenant se balade et active plusieurs bornes, il devient en théorie possible de retracer son parcours.

Leur précision, de 200 m à quelques kilomètres, dépend de la densité des antennes dans une zone. Elle sera donc plus précise en ville qu’à la campagne.

Nécessitant d’énormes calculs en temps réels sur des réseaux déjà saturés, la pratique du suivi par bornage semble irréalisable en continu pour des dizaines de millions d’abonnés.

A voir aussi

Loire. Il menace d’aller faire ses courses avec un fusil, les gendarmes lui viennent en aide

Ce vendredi, un homme a menacé de se rendre au supermarché muni d’un fusil pour …

Laisser un commentaire