Accueil / Coronavirus / Confinement : un homme contraint de faire demi-tour alors qu’il allait voir son père mourant

Confinement : un homme contraint de faire demi-tour alors qu’il allait voir son père mourant

Alors qu’il voulait dire adieu à son père mourant, un homme a été contraint de faire demi-tour par un gendarme qui jugeait son motif de déplacement non-valable, après avoir parcouru les 300 km qui le séparaient de sa destination.

« Patrice, il faut que tu viennes, ton père ne va pas bien du tout« . Lorsqu’il reçoit l’appel de sa belle-mère, le vendredi 3 avril, Patrice Dupas comprend qu’il est temps d’aller au chevet de son père, 82 ans, à qui les médecins ont diagnostiqué un cancer généralisé, quelques semaines plus tôt. Il se doute, aussi, que ce trajet de 300 km jusqu’à l’île de Ré, où vit ce dernier, peut se révéler complexe, en période de restriction de circulation. « Le confinement, je le comprends et je le respecte« , explique aujourd’hui à France Inter ce vigneron dont l’histoire a été relayée dans la presse locale. Il décide donc de se renseigner auprès de la gendarmerie de son département, le Loir-et-Cher, avant de prendre la route : « Ils m’ont dit ‘oui, oui, c’est un motif familial impérieux, il n’y a aucun problème’. « 

Parti le samedi matin en voiture, Patrice Dupas est contrôlé une première fois à la sortie de l’autoroute : « Je montre mon attestation classique de dérogation, ‘motif impérieux’. Le gendarme me pose la question de la raison de mon voyage, j’explique que mon père est en phase terminale d’un cancer, que je viens le voir. Il me répond ‘allez-y, pas de problème, bon courage’.« 

« Il me dit ‘vous ne passez pas, ce n’est pas impérieux »

Une fois franchi le pont de l’île de Ré, il ne reste à cet habitant du Loir-et-Cher que 3 km pour arriver jusqu’à chez son père. Il ne les franchira pas. « J’arrive de l’autre côté, re-contrôle de gendarmerie. À la rigueur, je le conçois et je trouve que c’est normal, nous sommes là pour faire attention. Je me dis que ça va durer 30 secondes. Mais ça n’a pas duré 30 secondes : je suis tombé sur un maréchal des logis, tout à fait poli et courtois, comme moi je l’étais« . 

Poli, et inflexible. « En regardant mon attestation, il me dit ‘vous ne passez pas, ce n’est pas impérieux, on n’a pas le droit d’aller visiter les anciens dans les EHPAD. Je réponds que mon père n’est pas dans un EHPAD, il est en hospitalisation à domicile et il est en phase terminale d’un cancer. Sa réponse : ‘Non, non, vous ne passez pas, je vous mets une amende.« 

La belle-mère de Patrice Dupas tente d’expliquer la situation au gendarme, par téléphone. Suivie du médecin de son père, qui décline son identité et précise l’état de son patient. Sans succès, le militaire n’a, selon la réponse rapportée par Patrice Dupas, « pas le temps et des contrôles à faire« . Des appels à la gendarmerie locale, aux élus et à la préfecture n’y changeront rien : nous sommes samedi, les administrations sont soit sourdes pour l’une d’elle, soit fonctionnent au ralenti pour les autres.

Il décide de faire demi-tour

Après cinq heures de négociations et coups de téléphone, Patrice Dupas renonce aux adieux à son père : « Je prends la décision de faire demi-tour, de rentrer chez moi, parce que je ne retente pas le passage du pont, de retomber sur la même personne. Je suis soucieux des lois et un peu agacé« . Le soir-même, le vigneron recontacte la gendarmerie nationale, via sa page internet : « Je lui explique mon cas. Je tombe sur un adjudant qui me répond et me dit ‘vous étiez sur un motif impérieux. Je suis désolé’ « .

La gendarmerie reconnaît, de son côté, une erreur d’appréciation. Elle rappelle également que l’île de Ré fait l’objet d’une surveillance particulière de jour comme de nuit, en raison des nombreux propriétaires de résidences secondaires qui pourraient être tentés de s’y rendre malgré le confinement. Or, si l’on s’en tient à une application stricte de la réglementation, un document écrit prouvant le motif impérieux de déplacement est nécessaire, en complément de l’attestation. Etant donné le contexte particulier de l’île de Ré, le militaire aurait donc privilégié un suivi à la lettre des consignes. La gendarmerie invite toutefois Patrice Dupas à contester sa verbalisation, assurant que son motif de déplacement sera pris en compte.

Patrice Dupas a déposé un signalement auprès de l’inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), et saisi le procureur de la République de La Rochelle, sans retour pour le moment. Il va également, une fois qu’il l’aura reçue, contester son amende pour non-respect du confinement. « L’erreur est humaine, ça, je le conçois, mais ce gendarme avait l’obligation, au moment où il avait le médecin en ligne, de dire ‘je me suis planté, excusez-moi’. Mais il est resté zélé et borné« , juge cet ancien gendarme auxiliaire, qui précise ne pas être « anti-gendarme ». 

Son père décède le mercredi matin. « On a toujours des choses à se dire. C’était le dernier jour où je pouvais le voir. C’est le dernier jour où l’on pouvait parler une dernière fois. On a plein de choses à dire à son père. Un père, c’est important« . Patrice Dupas s’est à nouveau rendu sur l’île de Ré, cette fois à la chambre funéraire. « J’y suis allé avec l’attestation de décès, comme ça, ça passait plus facilement. Je n’ai pas vu de gendarmes.« 

A voir aussi

Covid-19 : Clermont-Ferrand, Dijon, Orléans… ces villes sous la menace du couvre-feu

Dans plusieurs métropoles, les indicateurs s’affolent. Clermont-Ferrand, Tours, ou encore Dijon pourraient basculer ce jeudi …

Laisser un commentaire