Accueil / Actualités / France / Confiner les personnes âgées ou fragiles plus longtemps que les autres : Emmanuel Macron dit non

Confiner les personnes âgées ou fragiles plus longtemps que les autres : Emmanuel Macron dit non

Le chef de l’Etat ne souhaite pas de discrimination entre les Français après le 11 mai. Il appelle à la responsabilité individuelle pour continuer à se protéger du coronavirus.

Pas de discrimination des personnes âgées : dans le casse-tête du déconfinementEmmanuel Macron a fixé une première orientation, avant un nouvel exposé pédagogique auquel se livrera dimanche 19 avril 2020 le Premier ministre Edouard Philippe.

Mercredi 15 avril, le président du comité scientifique qui conseille les autorités, le Pr Jean-François Delfraissy, avait indiqué que les personnes « au-dessus de 65 ou de 70 ans » devraient rester confinées.

Niet présidentiel : « Le chef de l’Etat ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai » et « en appellera à la responsabilité individuelle », a indiqué l’Elysée vendredi soir.

Pas de caractère obligatoire

Emmanuel Macron, explique la présidence, a souhaité faire cette mise au point en voyant « monter le débat sur la situation de nos aînés, après les déclarations du Pr Jean-François Delfraissy ».

Le 13 avril, il avait indiqué que « pour leur protection, nous demanderons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées, en situation de handicap sévère, aux personnes atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées, tout au moins dans un premier temps ».

Mais il n’avait alors pas précisé si cette « demande » aurait un caractère obligatoire, comme le confinement actuel, ou ne serait qu’un conseil.

La « responsabilité », c’est le mot qu’a également employé le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, en vue de « freiner tout risque de diffusion virale ».

Un « plan déconfinement » pour fin avril

De fait, les seniors représentent une population à risque : le Covid-19 a fait 18 681 morts dont plus de 7000 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux.

A voir aussi

Un escape game à Toulouse propose de « tuer » Emmanuel Macron dans l’un de ses scénarios

À la fin du jeu, les joueurs ont trois choix : le libérer, le poursuivre …

Laisser un commentaire