Accueil / Actualités / Société / Coronavirus du chien : peut-il contaminer l’être humain ?

Coronavirus du chien : peut-il contaminer l’être humain ?

Chez l’être humain, le coronavirus peut s’avérer mortel. Mais qu’en est-il du côté de nos animaux à 4 pattes ? Voici ce qu’il faut savoir sur la question.

Chez nos compagnons à quatre pattes, les coronavirus (virus fréquents bien avant l’épidémie actuelle en Chine) génèrent habituellement des conséquences respiratoires et digestives. Mais qu’en est-il du coronavirus 2019-nCoV, dont on parle actuellement dans les médias ? Peut-il aussi représenter un risque pour nos animaux ? La réponse.

Coronavirus du chien : un risque mortel ?

Chez le chien, le coronavirus se traduit en général par une gastro-entérite, accompagnée de diarrhées importantes, voire parfois hémorragiques. Ce sont les jeunes chiots qui sont les plus à risque, et dont le pronostic vital peut être engagé.

Le coronavirus du chien se trouve le plus souvent dans les refuges ou élevages, où les chiens vivent en collectivité. Pour dépister la maladie, on effectue un test sur les selles de l’animal.

D’après le vétérinaire Isabelle Vixège, interviewée par le site Wamiz, “la coronavirose canine n’a pas de traitement spécifique, mais on traitera les vomissements avec des anti-vomitifs, la diarrhée avec des pansements intestinaux, et la déshydratation par une perfusion”.

Cependant, d’après elle, “le coronavirus du chien ne se transmettrait pas à l’humain”.

En effet, “une barrière d’espèce protège généralement les individus – humains comme animaux – d’attraper une maladie d’une autre espèce. Mais ceci n’est pas vrai à tous les coups, comme en témoigne l’existence des zoonoses, ces maladies transmissibles entre l’animal et l’humain, comme la rage ou la toxoplasmose chez les chats”.

Il existe aussi des cas de virus “mobiles” qui mutent et contournent la barrière d’espèce, pour infecter l’humain.

D’autres coronavirus provenant d’animaux avaient déjà contaminé l’homme

Certains coronavirus ont déjà muté de l’animal à l’homme. Il s’agit des cas suivants :

  • En 2003, le coronavirus du SRAS a infecté l’homme après avoir été a priori retrouvé chez une chauve-souris et une civette (petit félin sauvage).
  • En 2012, le coronavirus 2012-nCoV aurait été transmis de l’animal à l’humain, puis de l’humain à l’animal, et enfin de nouveau de l’animal à l’humain dans une forme plus virulente qu’au départ.
  • En 2019, le nouveau coronavirus 2019-nCoV est apparu sur le marché de Wuhan en Chine, d’une source qu’on pense animale, avant d’être transmis à l’humain.

Par conséquent, il convient d’être prudent : il ne serait pas impossible que votre chien attrape le coronavirus 2019-nCoV en 2020, bien que les chances restent minces.

Si vous avez fait un voyage en Chine récemment, ou si vous avez été en contact avec quelqu’un qui aurait effectué ce voyage, il faudra être vigilant sur les symptômes liés au virus : toux, fièvre etc.

Dans ce cas, il faut que vous alliez rapidement consulter votre médecin traitant. Cela est également valable pour votre chien : s’il présente des symptômes, emmenez-le chez le vétérinaire.

S’il s’avère que c’est bien un cas de coronavirus, votre animal sera pris en charge à la clinique vétérinaire, et vous-même aussi à l’hôpital, afin d’éviter la contamination d’autres humains et animaux.

A voir aussi

Coronavirus: en Thaïlande des centaines de singes affamés par manque de touristes luttent pour une banane. (Vidéo)

Alors que la planète fait tout en son possible pour freiner la propagation rapide du …

Laisser un commentaire