Accueil / Coronavirus / Coronavirus : le CHU de Montpellier réactive son plan blanc face à l’évolution du Covid-19

Coronavirus : le CHU de Montpellier réactive son plan blanc face à l’évolution du Covid-19

Face à l’aggravation de l’épidémie de coronavirus et le placement du département de l’Hérault en zone rouge, le CHU de Montpellier a annoncé l’activation du niveau 1 de son plan blanc. 

Placement du département en zone rouge, augmentation des cas, tension des capacités d’hospitalisation… La reprise ces derniers jours de l’épidémie a contraint le CHU de Montpellier à activer une nouvelle fois son plan blanc pour se préparer à lutter contre le Covid-19. La même mesure avait été prise mi-mars, quelques semaines avant d’atteindre le pic de l’épidémie et le confinement le 17 mars.

La situation se dégrade

Dans un communiqué, le CHU indique que cette prise de décision intervient alors qu’au 17 septembre, 45 patients atteints de COVID-19 sont hospitalisés au CHU de Montpellier dont 13 en service de réanimation.

« Le nombre de patients hospitalisés a doublé depuis 10 jours, en dépit d’une durée moyenne d’hospitalisation plus courte que lors du confinement. Ceci permet de prendre en charge plus de patients sur moins de lits mais ce turn-over met encore plus en tension les équipes soignantes et médicales des services concernés. » explique le CHU.

Le CHU précise également que le niveau d’activité hors Covid-19 reste très élevé. Les soins n’ayant pas pu être assurés pendant le confinement sont aujourd’hui effectués un effet « rattrapage » qui met en forte tension les capacités d’hospitalisation du CHU de Montpellier.

Ce que cela change

Le niveau 1 du plan blanc repose ainsi sur trois principes : 

  • Réactiver la filière spécifique « respiratoire » mise en place au niveau des urgences Lapeyronie, afin de garantir le maintien de deux circuits de prise en charge des patients séparés entre, d’une part, les urgences respiratoires, d’autre part, les autres urgences.
  • Étendre la capacité d’hospitalisation des maladies infectieuses et tropicales et des soins critiques (réanimation et soins intensifs) en transformant des secteurs en services pouvant accueillir des malades atteints de COVID-19.
  • Déprogrammer de manière ciblée et modérée certaines prises en charge sans perte de chance pour les patients pour pouvoir réaffecter en interne certains professionnels du CHU afin d’accompagner ces réorganisations. À ce stade, aucune activité ne fait l’objet d’un arrêt complet et toutes les missions spécifiques de recours du CHU sont préservées.

A voir aussi

Il achète 20 masques pour 1,70 euro, sa vidéo devient virale

En Espagne, le prix des masques, plafonné à 0,96 euro l’unité par le gouvernement, est …

Laisser un commentaire