Accueil / Coronavirus / COVID-19: 3 500 prisonniers libérés depuis le début du confinement. (Vidéo)

COVID-19: 3 500 prisonniers libérés depuis le début du confinement. (Vidéo)

Jusqu’à maintenant, ce sont 3 500 détenus qui ont été libérés depuis le mise en place des mesures de confinement en France, a déclaré la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, au JDD.

Il s’agit d’une mesure exceptionnelle pour limiter la propagation de la COVID-19 au sein des prisons françaises. 

Les prisonniers qui ont été libérés avaient tous moins de deux mois de peine qui restaient à purger au sein d’un pénitencier. De plus, aucun d’eux n’a été condamné pour un crime lié au terrorisme ou à des violences conjugales. 

Ils seront « assignés à domicile et seront réincarcérés s’ils ne respectent pas les obligations du confinement », précise la Garde des Sceaux.

« Entre 5 000 et 6 000 » prisonniers au total pourraient bénéficier d’une libération anticipée, selon la ministre de la Justice. 

« En revanche, je suis opposée à une mesure générale qui viserait à libérer toutes les personnes qui sont en détention provisoire », avait-elle précisé il y a quelques jours sur France Inter.

Il faut dire qu’une cinquantaine d’employés de pénitenciers et une vingtaine de détenus ont été testés positifs à la COVID-19, a confirmé la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP). De plus, environ 500 détenus sont présentement en confinement, isolés dans une cellule individuelle, pour limiter la propagation du virus. 

Un seul décès a été enregistré parmi les détenus au moment d’écrire ces lignes. Il s’agit d’un homme de 74 ans incarcéré à Fresnes (Val-de-Marne).

Un surveillant de prison est aussi décédé. Il est mort à son domicile dans le nuit de mercredi à jeudi, mais on ignore pour le moment si sa mort est attribuable à la COVID-19. L’homme était confiné à la maison pour suspicion de COVID-19. 

A voir aussi

Coronavirus : plusieurs associations demandent une « année blanche » pour les droits des chômeurs

Plusieurs associations de chômeurs et précaires, et des syndicats, demandent au gouvernement « une année blanche » …

Laisser un commentaire