Accueil / Animaux / Des bénévoles verbalisés en nourrissant les chats errants.
Vagrant cats drinking milk near the old walls of the house

Des bénévoles verbalisés en nourrissant les chats errants.

Dès la mise en place par le gouvernement des règles de confinement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, de nombreux bénévoles ont été verbalisés pour être sortis nourrir les chats libres de leur commune. La Fondation 30 Millions d’Amis négocie actuellement auprès des maires engagés dans des conventions de partenariat pour la stérilisation des chats errants, afin que ceux-ci prennent des mesures dérogatoires pour protéger les bénévoles nourrisseurs.

Pénélope Komites, adjointe aux Espaces verts, à la nature en ville, à la biodiversité, à l’agriculture urbaine et aux affaires funéraires à la mairie de Paris, a donné son accord à la Fondation 30 Millions d’Amis pour que la bénévole puisse aller nourrir les 150 chats du jardin de Bagatelle. Les félins sont hors de danger !

Sanctionnés… pour avoir voulu bien faire ! De très nombreux témoignages de bénévoles, verbalisés alors qu’ils nourrissaient les chats libres de leur commune, munis de leur attestation de déplacement dérogatoire datée et signée.

Étant donné que les associations de protection animale contribuent à l’hygiène publique en assurant la stérilisation et l’alimentation des félins, les contraventions dressées par les forces de l’ordre s’opposent à une mission d’intérêt général. Si le ministère de l’Intérieur n’a toujours pas répondu, à ce jour, à nos sollicitations, les équipes de la Fondation 30 Millions d’Amis sont néanmoins mobilisées et mettent tout en œuvre pour clarifier au plus vite cette situation ambiguë.

Un accord avec les maires partenaires

Sur la commune de Vesoul (70), la capture, la stérilisation et le suivi des chats libres sont assurés, avec l’accord de la mairie, par l’association « Adopte 1 chat » soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis. En dépit de cet accord, « des policiers ont verbalisé les bénévoles nourrisseurs, qui avaient pourtant leur attestation de déplacement dérogatoire », déplore Arnauld Lhomme, responsable des enquêtes à la Fondation 30 Millions d’Amis. Toutefois, à l’issue d’un dialogue constructif avec la municipalité, l’édile Alain Chrétien (LR) s’est engagé à fournir une « attestation employeur » à chacun des bénévoles recensés par l’association pour leur permettre de poursuivre leur mission d’intérêt général. Un document qui évitera tout risque de verbalisation par les forces de l’ordre, puisque l’attestation de déplacement dérogatoire prévoit la possibilité de « trajets entre le domicile et le(s) lieu(x) d’exercice de l’activité professionnelle et déplacements professionnels insusceptibles d’être différés » (première case).

A l’instar de Vesoul, d’autres communes ont déjà pris les devants. C’est le cas de Rueil-Malmaison (92), dont le maire Patrick Ollier (LR) a décidé de confier les clés d’accès des jardins publics aux responsables de l’Association Rueilloise d’Aide aux Animaux afin de continuer le nourrissage des félins qui s’y trouvent ; ou encore de Nice (06), dont le service municipal « Animal dans la ville » assure à la Fondation 30 Millions d’Amis et aux autres associations partenaires de la stérilisation des chats libres, que les bénévoles munis de leur carte d’adhérent(e) à l’association (ainsi que de leur attestation de déplacement dûment remplie) ne seront pas verbalisés.

A voir aussi

Mirabelle, le chaton devenu la mascotte du commissariat de Nancy, adopté par un policier

Depuis cet été, le chaton Mirabelle faisait la joie du groupe d’appui judiciaire du commissariat …

Laisser un commentaire