Accueil / Actualités / Société / Des centaines de taxis londoniens abandonnés dans des champs

Des centaines de taxis londoniens abandonnés dans des champs

En raison de la pandémie, les chauffeurs de taxis à Londres ne trouvent pas assez de courses à effectuer. Beaucoup préfèrent rendre leur véhicule de location.

L’image est saisissante… Des centaines de « cabs », mythiques taxis londoniens, abandonnés dans des champs en périphérie de la capitale britannique.

Ces taxis bombés iconiques, conçus à l’origine pour accueillir des passagers dotés de chapeaux haut-de-forme, ne font plus recette en temps de pandémie. Dans un centre-ville vidé de ses habitants par un second confinement, les chauffeurs ne trouvent pas de clients à charger pour une course. Et la plupart ont fait le choix de rendre leur taxi de location. Débordées par l’afflux de retours, les sociétés loueuses se retrouvent obligées de les stocker dans des champs proches de Londres.

« J’ai perdu le compte du nombre de véhicules qu’on a ici », se désespère Tony Georgiou, le dirigeant de GB Taxis Limited, qui loue habituellement les fameuses voitures aux chauffeurs possédant une licence. « Il doit y avoir entre 150 et 200 voitures qu’on a retirées de la circulation ».

Des pièces volées

« Cela arrive partout, tout autour de la M25 (route majeure autour de Londres, ndlr), il y a des champs pleins de cabs comme ça », confirme à l’AFP Steve McNamara, secrétaire général de l’Association des chauffeurs de taxi avec licence (LTDA), pour qui cette situation « complètement inédite » est intenable pour certains.

Tony Georginou affirme qu’une cinquantaine de ses véhicules se sont déjà fait voler des pièces, qui coûteront 120 000 livres à remplacer. « Je ne sais pas si nous allons nous en sortir », explique-t-il à propos de son entreprise ouverte il y a 16 ans.

5 000 à 6000 taxis en moins depuis juin

Successeurs des taxis londoniens à chevaux apparus au XVIIe siècle, les « cabs » noirs sont un emblème de la vie britannique au même titre que les cabines téléphoniques rouges et les policiers casqués. « Les seuls qui restent sont désormais les taxis », affirme M. McNamara. Mais pour combien de temps ?

A voir aussi

Un restaurateur breton en colère filme la file d’attente de McDo, sa vidéo devient virale

Le confinement est une mesure difficile. Ce n’est pas évident de devoir rester chez soi …

Laisser un commentaire