Accueil / Santé / Des urgentistes tirent la sonnette d’alarme.

Des urgentistes tirent la sonnette d’alarme.

Dans une tribune parue dans le « Journal du dimanche », treize médecins urgentistes dénoncent les politiques publiques prises pour l’hôpital public ces dernières décennies.

« Mesdames et messieurs nos concitoyens, laisserez-vous mourir l’hôpital public sans avoir tenté quelque chose ? » Dans une tribune publiée dimanche 10 novembre dans le Journal du dimanche, 13 médecins urgentistes interpellent citoyens et pouvoirs publics quatre jours avant la manifestation nationale pour un « plan d’urgence pour l’hôpital public ».

« Est-ce que l’épuisement du système n’a pas été programmé ? Est-ce que tout n’a pas été fait pour que s’effondre l’hôpital public au profit de l’économie ? Le but n’est-il pas de détruire la sécurité sociale et le service public hospitalier ? », interrogent ces médecins tous membres de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf).

Manque de moyens et salaires trop bas

Retraçant les dérives des années 80 et 90 dans la « surconsommation des soins », puis l’arrivée dans les années 2000 de « l’hôpital entreprise », avec l’emblématique système de la tarification à l’acte, les auteurs de ce texte résument, selon eux, la situation actuelle : « Notre mission de service public est de tout faire tout le temps, mais le gouvernement ne nous en donne pas les moyens ».

Les postes de soignants « ne sont plus pourvus parce que les conditions de travail trop difficiles effrayent les plus altruistes avec des salaires très bas (en 2017, la France était au vingt-sixième rang de l’OCDE pour les salaires des infirmières) ».

A voir aussi

Le lien est formellement établi entre le Covid-19 et la maladie de Kawasaki,pour les enfants 125 cas recensés en France

En France, 125 enfants ont contracté cette maladie depuis le 1er mars, majoritairement en Ile-de-France. …

Laisser un commentaire