Accueil / Animaux / Deux Montpelliérains assignés devant le tribunal des référés car ils nourrissent trop les chats

Deux Montpelliérains assignés devant le tribunal des référés car ils nourrissent trop les chats

L’affaire sera jugée devant le tribunal des référés de Montpellier ce mercredi 30 septembre. Explications.

Ce mercredi 30 septembre, deux Montpelliérains, membres de Cœurs de Matous, une association montpelliéraine de défense des animaux, sont assignés, à titre personnel, devant le tribunal des référés, qui a été saisi le 18 juin dernier par FDI-ICI, le syndic de copropriété de la résidence Mas Drevon. Les deux mis en cause, à qui le syndic reproche de nourrir de façon anarchique les chats, encourent une amende de 3 500 € plus 200 € par jour s’ils continuent de leur donner à manger.

On ne peut pas nourrir les chats n’importe comment

« Malgré de nombreuses tentatives à l’amiable, ils n’écoutent pas ce qu’on leur dit donc on est arrivé à une procédure devant le tribunal des référés basée sur le non-respect du règlement de copropriété et du règlement sanitaire départemental qui disent qu’on ne peut pas nourrir les chats n’importe comment sur la voie publique et encore moins dans des propriétés privées », confie l’un des responsables du syndic de copropriété.

Mais concrètement qu’est-ce qui est reproché aux deux mis en cause ? « On est conscient qu’ils veulent bien faire mais en agissant ainsi ils mettent à mal toutes nos initiatives, renchérit le salarié de FDI-ICI. Nous, on travaille en lien avec la mairie et avec des associations animalières de la ville pour mener des opérations de trappage afin de stériliser ces animaux. Et eux ne comprennent pas que si les chats ont de la nourriture en abondance dans la résidence, les cages que l’on dispose avec de la nourriture pour les attraper n’ont plus aucun effet. »

En bas des bâtiments, ça frôle l’insalubrité

En outre, il est reproché aux deux Montpelliérains assignés de nourrir les chats de façon anarchique en déposant de la nourriture partout dans la résidence. Ce qui fait venir des chats de partout mais aussi d’autres nuisibles comme « des rats, des pigeons, des goélands… Les gens vont jusqu’à jeter du poulet. Donc on retrouve des os çà et là. En bas des bâtiments, ça frôle l’insalubrité », insiste le syndic de copropriété.

Des accusations que contestent Coeurs de Matous

Ce que contestent bien évidemment les membres de l’association Cœurs de Matous. « L’eau est donnée dans des petites écuelles transparentes soigneusement cachées dans les espaces verts de la résidence et les croquettes ne sont jamais laissées sur place pour éviter d’attirer les nuisibles […]. » 

« Nous refusons de les laisser mourir de faim, de soif ou être emmenés en fourrière. La plupart sont stérilisés, leur prolifération est donc contenue […]. »

Les gamelles sont vidées, saccagées

« On se rend compte également depuis quelques mois que leur nombre diminue de façon inquiétante. Plusieurs chats et chatons sont retrouvés mutilés voire tués. Il est inadmissible que des personnes puissent s’en prendre à des animaux de la sorte. Les gamelles sont vidées, saccagées, et jetées au milieu des zones de passage comme pour dissuader les bénévoles de les abreuver. »

Au tribunal des référés de rendre son jugement.

A voir aussi

Lorraine : Une chèvre naine retrouvée avec les oreilles coupées

Une petite chèvre d’un an et demi a été retrouvée chez un voisin, les deux …

Laisser un commentaire