Accueil / Actualités / France / Disney Paris profite à se défaire à moindres frais de centaines d’intermittents.

Disney Paris profite à se défaire à moindres frais de centaines d’intermittents.

Cela ne sourit plus chez Mickey. La pandémie de Covid-19 provoque un différend entre les personnels et la direction des parcs de Disneyland Paris. Cette dernière cherche à se défaire à moindres frais des centaines d’intermittents qu’elle avait recrutés début 2020 pour les quatre spectacles qui devaient être proposés aux visiteurs jusqu’en juin.

Des productions des studios Disney ou Marvel, telles « Mickey et le Magicien », « Frozen (« La Reine des neiges »), ainsi que « Marvel : L’Alliance des super héros » et « Stark expo », qui ont dû être annulées après l’instauration du confinement général de la population. Quatre shows pour lesquels, selon nos informations, plus de 350 intermittents du spectacle – comédiens, danseurs, cascadeurs, mais aussi personnels techniques –, avaient été recrutés. Des centaines d’intermittents, dont Disney ne sait plus que faire aujourd’hui. Contactée, la direction du parc de loisirs n’a pas souhaité répondre.

Pour faire place nette, Disney veut faire vite. Par un courriel daté du mercredi 1er avril, la direction des ressources humaines (DRH) de Disneyland Paris enjoint aux intermittents de procéder à « une rupture amiable [de leur] contrat de travail »« Circonstances exceptionnelles » à l’appui, Disney propose « la rupture anticipée d’un commun accord [du] contrat de travail à compter du premier avril 2020 ». Et pas question de tergiverser : la DRH leur demande de « bien vouloir [lui] confirmer [leur] accord avant le 2 avril 2020 ».

Solidaires, les intermittents ont fait appel au « syndicat des artistes interprètes », raconte Jean (le prénom a été modifié), l’un des intermittents engagés pour l’un des quatre spectacles. « La CGT nous a recommandé de refuser cette rupture unilatérale », ajoute le jeune homme. Une recommandation suivie par la majorité des intermittents, qui ont massivement rejeté la proposition de la DRH de Disney.

Ce courriel de la direction n’est qu’une étape supplémentaire de la dégradation rapide du dialogue social au royaume de Mickey. « Avant ce mail, il y a quatre jours », souligne Jean, « plusieurs d’entre nous ont reçu des appels du service des castings de Disneyland Paris pour savoir s’ils étaient d’accord pour rompre leur contrat de leur propre chef ». Des coups de téléphone assortis « de menaces ». « Si vous refusez, vous serez blacklistés chez Disney ! », se désole Jean.

Changement de pied radical

Ces pressions marquent un changement de pied radical de la part de la direction. Au départ, se remémore Jean, « Disney nous avait proposé de nous mettre en chômage partiel à partir du 1er avril ». Un dispositif réclamé pour les 15 000 salariés du parc à l’occasion d’une réunion, dimanche 29 mars, du Conseil social et économique (CSE) de Disneyland Paris. Pris en charge par l’Etat, les salariés devaient percevoir 84 % de leur salaire net, le reliquat étant versé par Disney, mais seulement jusqu’au 19 avril.

Les artistes des quatre spectacles annulés étaient prêts à accepter ces mesures de chômage partiel, même si cela aurait eu pour conséquence de « faire baisser [leur] nombre d’heures ». Un point noir crucial pour les intermittents. Pour bénéficier de ce statut, assez avantageux, et des indemnités qui vont de pair, chaque artiste doit travailler au moins 507 heures sur une période d’un an.

Confronté à un large front du refus venant de ses artistes, Disney pourrait choisir de passer en force sans attendre. Il pourrait invoquer « un cas de force majeure ». Une disposition qui lui permettrait « de nous virer sans notre consentement », s’alarme Jean. Ils percevraient certes l’intégralité des sommes qui leur sont dues jusqu’à la fin de leur contrat, qui arrive à échéance en juin, mais ils ne valideraient pas d’heures et risqueraient donc de perdre leur statut d’intermittents du spectacle.

Outre leur travail, nombre d’artistes licenciés par Disney seraient aussi susceptibles d’y perdre leur logement. En effet, certains d’entre eux – surtout des étrangers ou des provinciaux « montés » à Paris – « sont logés dans des résidences Disney », conclut Jean.

A voir aussi

Avant les annonces de Macron, la France se prépare à un reconfinement à « grande échelle »

Dans l’attente des annonces du président de la République Emmanuel Macron, ce mercredi 28 octobre …

Laisser un commentaire