Accueil / Santé / Doliprane, Smecta… 60 Millions de consommateurs alerte sur 132 médicaments et compléments alimentaires

Doliprane, Smecta… 60 Millions de consommateurs alerte sur 132 médicaments et compléments alimentaires

Le magazine a testé 132 médicaments en libre service et compléments alimentaires. La plupart sont non seulement inefficaces, mais peuvent présenter des dangers. Explication.

L’auto médicamentation, on le sait, ce n’est jamais sans risque. Mais quand ce sont les laboratoires qui manquent de clarté ou proposent des produits dangereux à la consommation, c’est autre chose.

L’association 60 Millions de consommateurs alerte. Pour son numéro hors série publié ce jeudi 15 octobre 2020, le magazine a testé, en collaboration avec la revue indépendante Prescrire, 132 produits disponibles en libre service dans les pharmacies et parapharmacies : 60 médicaments et 72 compléments alimentaires « les plus plébiscités du marché ».

Le constat est sans appel. La plupart sont peu voire pas efficaces et peuvent entraîner des effets secondaires importants

Les médicaments contre le rhume et les allergies à proscrire

Dans la catégorie des médicaments en libre service indiqués pour lutter contre le rhume ou les allergies60 Millions de consommateurs relève « la présence de substances problématiques » comme la pseudoéphédrine, une molécule que l’on retrouve dans de nombreux produits décongestionnants (DolirhumeProHumexRhinadvil…).

Depuis longtemps on sait que les vasoconstricteurs comme la pseudoéphédrine ont une efficacité pour la décongestion nasale, mais qu’ils ont aussi des effets ailleurs sur le corps. Quand les vaisseaux se resserrent dans la muqueuse nasale, ça ne pose pas de problème. Mais quand ils le font au niveau du cœur ou du cerveau c’est ce qu’on appelle un AVC ou un infarctus. Bien sûr c’est rare, mais ça peut arriver aussi chez des personnes qui ne se savaient pas porteuses de problèmes cardiovasculaires. 

Certains médicaments censés lutter contre les effets des allergies comme Humex Allergie, « contiennent eux même des substances allergisantes et donc peuvent être à l’origine d’allergies », souligne également le magazine.

« Pour une dose ordinaire, a priori, ça passe, précise Bruno Toussaint. Mais des antihistaminique très anciens comme Polaramine peuvent poser problème et il vaut mieux se tourner vers la Loratadine. »

Toux et mal de gorge : aucun médicament n’est bon

En ces temps de covid, les personnes qui se réfugient dans les médicaments censés aider contre la toux ou le mal de gorge vont être déçues. « Tous ont été évalués rouges ! Aucun n’a fait la preuve de son efficacité », lance Christelle Pangrazzi, rédactrice en chef adjointe de 60 Millions de consommateurs.

Oubliez les pastilles et autre sirops pour la toux (Drill et Bronchokod, pour ne pas les nommer), « dans ce domaine, il n’y a pas de bonne solution médicamenteuse », souligne Bruno Toussaint. Inefficaces, ils pourraient vous faire avoir des vertiges, des convulsions, de l’urticaire et mêmes des difficultés respiratoires.

A voir aussi

Hydroxychloroquine et la chloroquine pas efficaces !!! et même néfastes, selon une étude d’ampleur

Les auteurs estiment que le risque de mortalité est de 34 % à 45 % plus élevé chez …

Laisser un commentaire