Accueil / Actualités / Economie / Gaz, frais bancaires, tabac… tout ce qui augmente au 1er novembre

Gaz, frais bancaires, tabac… tout ce qui augmente au 1er novembre

Hausse des prix du gaz, des cigarettes, plafonnement des frais bancaires, gel de la revalorisation des retraites complémentaires Agirc-Arrco… Les principaux changements pour le pouvoir d’achat des ménages.

En marge des mesures de confinement, plusieurs changements vont intervenir dans notre vie quotidienne. Tour d’horizon des principales mesures qui vont s’appliquer dès le 1er novembre.

Augmentation du paquet de cigarettes. L’objectif du gouvernement est d’arriver à un paquet de cigarettes à 10 euros. Certaines marques ont déjà atteint ce seuil. Pour d’autres, les augmentations vont être en moyenne de 50 centimes d’euros. Ainsi un paquet de Winston va passer de 9,50 euros à 10 euros. Le paquet de Marlboro va s’afficher à 10,40 euros… A noter que le tabac à rouler va aussi augmenter avec une hausse d’environ un euro.

En trois ans, avec des hausses régulières et successives, le prix du paquet a augmenté de 3 euros environ, passant de 7 à 10 euros. Peut-être l’occasion d’arrêter de fumer en sachant que la date du 1er novembre marque également le premier jour du « Mois sans tabac ».

Le prix du gaz en hausse. Les tarifs réglementés hors taxe d’Engie vont augmenter de 1,6 % le 1er novembre par rapport au mois d ‘octobre. Dans le détail, le gaz augmentera de 0,4 % pour les foyers qui l’utilisent pour la cuisson, de 0,9 % pour ceux qui l’utilisent pour la cuisson et l’eau chaude, et de 1,7 % pour ceux qui se chauffent au gaz. Cette nouvelle hausse intervient alors que les tarifs réglementés du gaz sont voués à disparaître, depuis la loi Energie et Climat adoptée en 2019. Engie a cessé de commercialiser de nouveaux contrats aux tarifs réglementés de vente (TRV), depuis novembre 2019. Toutefois, si vous bénéficiez d’un contrat d’Engie, pas de panique. Il reste valide « « jusqu’au 30 juin 2023 pour les particuliers ».

Début de la trêve hivernale. Avec le début de la trêve hivernale, les propriétaires ne peuvent plus expulser leurs locataires. Il y a néanmoins trois exceptions : si le locataire est relogé, si le logement est frappé d’un arrêté de péril ou s’il fait l’objet d’un squat.

A noter que les coupures de gaz et d’électricité sont également interdites tout au long de la trêve.

A voir aussi

Hauts-de-France : Les animaux de compagnie, un business même après la mort

Il existe pour les animaux défunts un éventail de prestations encore plus large que pour …

Laisser un commentaire