Accueil / Actualités / Faits divers / Haute-Saône : une femme de 57 ans en garde à vue pour avoir poignardé son ancien compagnon

Haute-Saône : une femme de 57 ans en garde à vue pour avoir poignardé son ancien compagnon

En Haute-Saône, une femme de 57 ans a été placée en garde à vue pour tentative d’assassinat sur son ancien compagnon. Le 1er mai dernier à Fougerolles, elle l’a poignardé, le blessant gravement, avant d’essayer de se suicider.

Elle est soupçonnée d’avoir porté un coup de couteau par deux fois à son ancien compagnon, chez elle à Fougerolles, au nord de Luxeuil-les Bains. Une femme de 57 ans a été placée en garde à vue samedi matin par les gendarmes de Haute-Saône. Une garde à vue pour tentative d’homicide avec préméditation qui se serait produit le 1er mai dernier. 

Ce jour-là, raconte le procureur de la République de Haute-Saône, Emmanuel Dupic, les voisins entendent des cris. Ils découvrent, devant une maison, un homme en sang, qui se tient l’estomac. Ils appellent les secours. Sur place, les gendarmes entrent dans la maison et trouvent une femme inanimée. Elle s’est ouvert les veines et a avalé des médicaments : elle est transportée aux urgences puis transférée au service psychiatrique de l’hôpital de Vesoul. La victime, elle gravement blessée, est hospitalisée en réanimation.

Une mise en scène 

Les gendarmes, sur instruction du Parquet de Vesoul, commencent leur enquête. Selon les premiers éléments, l’homme, âgé de 66 ans, avait annoncé à sa compagne vouloir mettre fin à leur relation amoureuse en avril dernier. Une rupture que cette femme n’aurait pas supportée : elle lui demande alors de venir chez elle, et prépare selon les mots du procureur, ce qui semble être « une mise en scène préméditée »

Elle lui porte un coup de couteau au ventre

Elle l’invite dans sa chambre, et sort alors un couteau de 30 centimètres, un couteau de boucher. Elle lui plante dans l’abdomen et le blesse : une plaie profonde de 20 centimètres, qui lui a « coupé un bout d’estomac », précise Emmanuel Dupic. La femme ne s’arrête pas là, elle tente de lui porter un second coup que son ancien compagnon réussit à esquiver. Il parvient à prendre la fuite. « C’est un miracle qu’il s’en soit sorti », conclut le procureur. De son côté, la quinquagénaire tente de mettre fin à ses jours et est sauvée in extremis.

Tombé dans un « guet-apens »

Après plusieurs jours au service de psychiatrie de l’hôpital de Vesoul, la femme a été placée en garde à vue samedi matin. Une garde à vue qui va être prolongée. Elle sera présentée ce lundi à un juge d’instruction de Besançon, au pôle criminel. Une information judiciaire va être ouverte dans la foulée. Dans ses déclarations aux gendarmes, la femme n’a pas expliqué l’origine de son geste. Ses propos sont très confus, mais les psychiatres l’ont estimée responsable de ses actes. 

Elle était jusque-là inconnue des services de gendarmerie et de la justice, tout comme la victime. Aucun fait de violences conjugales n’avait été signalé. Son ancien compagnon a pu être entendu par les enquêteurs : il a confié qu’il avait l’impression d’être « tombé dans un guet-apens« . 

A voir aussi

Sarthe : la tête d’un cheval découverte dans un fossé à Coulombiers

Une automobiliste a découvert une tête de cheval, dépecée, au bord d’une route à Coulombiers …

Laisser un commentaire