Accueil / Actualités / France / «Je suis une bombe à retardement». (Vidéo)

«Je suis une bombe à retardement». (Vidéo)

Alors que la France est en période confinement total, les employés de la distribution alimentaire sont très inquiets pour leur santé. Obligés d’aller travailler, ils s’exposent à de nombreux risques pour permettre aux citoyens de se ravitailler.

Cette nouvelle qui n’a rien de rassurant. En effet, alors que la France vit dans le plus grand des confinements, les supermarchés sont les rares commerces qui sont encore ouverts. Chaque jour, les employés de la distribution alimentaire se retrouvent donc en premières lignes et s’exposent à des risques considérables. Ces derniers sont de plus en plus inquiets pour leur santé et tirent la sonnette d’alarme sur leurs conditions de travail extrêmement difficiles. 

Une employée de la distribution alimentaire qui se dit complètement paniquée par la situation. Elle a notamment confié à la télévision être inquiète pour elle et ses proches. «Qui va s’occuper de ma santé, de celle de ma famille ? Si ça se trouve, j’ai quelqu’un autour de moi qui est porteur. Je ne le sais pas parce que c’est invisible». Toutefois, elle n’a pas tellement le choix de continuer à travailler pour subvenir à ses besoins même si elle estime être «une bombe à retardement».

Cette femme déplore également l’attitude de certains clients qui font preuve d’un grand manque de respect auprès des employés de la distribution alimentaire. Elle évoque notamment des insultes et des doigts d’honneur qui sont monnaie courante. De leur côté, les directions de ces supermarchés tentent de protéger au mieux leurs employés avec des barrières au niveau des caisses et la mise en place de distance de sécurité. 

Heureusement, il y a encore des gens qui se montrent courtois et les employés se rattachent à ces petits gestes de civisme qui leur apporte une bouffée d’air frais. Le gouvernement a de son côté salué leur travail en leur disant qu’ils garantissent la sécurité économique du pays.

A voir aussi

En Meurthe-et-Moselle, il écope de 1500 euros d’amende pour une boîte aux lettres

Considérant qu’elle empiète sur la voie publique, le maire d’Art-sur-Meurthe (Meurthe-et-Moselle) a dressé une amende …

Laisser un commentaire