Accueil / Animaux / La chienne Ila (Berger Malinois) part à Londres pour savoir si elle peut détecter le Covid-19.

La chienne Ila (Berger Malinois) part à Londres pour savoir si elle peut détecter le Covid-19.

Récompensée en 2019 par le Trophée des chiens héros pour sa capacité à détecter des fuites de gaz, Ila est appelée avec son maître en Angleterre par un organisme de bienfaisance spécialisé dans le dressage canin à but scientifique.

En ces temps de pandémie du Covid-19, jamais voyage en Grande-Bretagne n’aura été autant porteur d’espoir, ne serait-ce que d’une lueur… Plombier natif de Melun et exerçant à Rubelles (Seine-et-Marne), Sidi Drici prend ce lundi après-midi un Eurostar pour Londres avec sa chienne Ila, un berger malinois âgé de 6 ans.

Le duo y est attendu par un organisme de bienfaisance spécialisé dans le dressage canin à visée scientifique et intéressé par les capacités et le flair de l’animal. La recherche sera menée avec une université située dans le nord-est de la Grande-Bretagne et une école supérieure de médecine spécialisée dans les maladies tropicales à Londres.

«Ils m’ont téléphoné dimanche matin (NDLR : 29 mars). La Société centrale canine a dû leur donner mon numéro. Ils ont su qu’Ila avait reçu le Trophée des chiens héros en 2019 à Paris dans la catégorie des chiens civils parce qu’elle sait détecter les fuites de gaz. Ils demandent à la voir pour savoir si elle peut également identifier et reconnaître la molécule du Covid-19 », s’exclame Sidi Drici.

« Des Anglais s’intéressent au chien d’un plombier de Melun !»

A terme, les chiens à la recherche du Covid-19 seraient formés de la même manière que les chiens que l’organisme de bienfaisance a déjà formés pour détecter des tumeurs cancéreuses, la maladie de Parkinson et les infections bactériennes, en reniflant des échantillons et en indiquant quand ils l’ont trouvé.

Agé de 35 ans, Sidi Drici n’en revient pas en écoutant la traduction de l’interprète au bout du fil. « J’ai halluciné ! Ça m’a fait plaisir car c’est une belle reconnaissance. En même temps, je me suis dit qu’on doit être dans une sacrée galère pour que des Anglais s’intéressent au chien d’un plombier de Melun ! »

Plus rapide et moins coûteux que les tests

Sidi Drici part confiant et enthousiaste. Comme très souvent. « Ils ont la molécule du virus. Ma chienne va réagir, forcément. Elle sait reconnaître différentes molécules inodores. Elle n’est pas comme un chien spécialisé dans les produits stupéfiants que l’on dresse dès son plus jeune âge à sentir et chercher la balle en assimilant un morceau de shit à la balle…»

L’intérêt pour l’association, qui ne souhaite pas dévoiler son nom pour l’instant ? «Je crois qu’ils voudraient faire un tapissage », explique le propriétaire d’Ila. « Faire passer le chien devant plusieurs personnes et reconnaître celles qui ont le virus. Ce serait plus rapide qu’un test individuel et moins coûteux aussi. En fait, ça coûte des croquettes et beaucoup d’amour ! » s’amuse Sidi Drici.

Une démarche utile, notamment aux aéroports pour identifier les porteurs de virus. Cela aiderait à prévenir la réapparition de la maladie après que la pandémie actuelle soit sous contrôle.

A voir aussi

Chevaux mutilés : sur les 500 faits recensés, seulement 16 % sont d’origine humaine

Environ 360 faits (72 %) s’expliquent par des causes naturelles selon les enquêteurs. Des chiffres qui …

Laisser un commentaire