Accueil / Actualités / Faits divers / La petite Lilou 9 ans se cogne la tête dans la cour de l’école, elle décède trois jours plus tard

La petite Lilou 9 ans se cogne la tête dans la cour de l’école, elle décède trois jours plus tard

La petite Lilou est décédée au centre hospitalier d’Angers, vendredi 13 novembre, après s’être senti mal à l’école quelques jours plus tôt.

Un banal accident qui arrive tous les jours dans les cours de récréation aurait coûté la vie à une petite fille âgée de 9 ans.

Mardi 10 novembre, vers 13 h 30, la petite Lilou, élève de CM1 à l’école primaire de l’Epau, à Changé, près du Mans, vient de déjeuner à la cantine. Elle joue comme ses camarades dans la cour de récréation quand elle se cogne la tête avec un autre élève, un garçon. 

Ce dernier a une bosse et il est pris en charge par le personnel municipal chargé de la surveillance des enfants, afin d’être soigné.

La petite fille, elle, ne se plaint de rien. Elle n’a donc pas été examinée. Juste après l’accident, sa classe doit se rendre à un cours de sport en car. 

Une fois dans le véhicule, la petite fille se sent vraiment mal et vomi.

Un traumatisme crânien détecté trop tard

L’école contacte son père pour qu’il lui amène des vêtements propres. Quand il récupère sa fille en fin de journée, il l’emmène chez le médecin qui aurait diagnostiqué un traumatisme crânien, comme le rapporte CNews.

Le médecin appelle en urgence le Samu qui la transporte dans un premier temps à l’hôpital du Mans. Mais finalement son état étant trop préoccupant, la fillette est héliportée au CHU d’Angers.

Placée en coma artificiel

Là-bas, elle va être placée en coma artificiel.

Malheureusement, la petite fille ne reprendra jamais connaissance. Elle est décédée trois jours après son admission, le vendredi 13 novembre.

Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie afin de déterminer les circonstances de l’accident et les responsabilités dans sa prise en charge et surtout si le drame aurait pu être évité, comme l’indique Franceinfo 

Un soutien psychologique a été mis en place pour les enfants et les personnels de l’école, enseignants et agents municipaux, dès le lundi 16 novembre.

Depuis ce lundi 23 novembre, il a été décidé qu’une psychologue se rendrait deux fois par semaine dans cette école.

A voir aussi

Sarthe : la tête d’un cheval découverte dans un fossé à Coulombiers

Une automobiliste a découvert une tête de cheval, dépecée, au bord d’une route à Coulombiers …

Laisser un commentaire