Accueil / Animaux / Le chat Potté, torturé près de Caen, a failli être euthanasié mais le voici heureux un an et demi après. (Vidéo)

Le chat Potté, torturé près de Caen, a failli être euthanasié mais le voici heureux un an et demi après. (Vidéo)

Il y a un an et demi, entre mai et juin 2018, plusieurs chats ont été torturés à Caen. Parmi ces pauvres animaux se trouvaient Potté. Il a échappé à la mort et il va désormais heureusement beaucoup mieux.

Potté est le chat de la famille Barbé. Il avait six ans lorsqu’en mai 2018, il a été attrapé par un monstre qui l’a écartelé. Ses deux pattes avant avait été déboîtées comme l’a indiqué Harold Barbé, son propriétaire, également humoriste.

« Il a été recueilli par la clinique vétérinaire d’Epron. Notre vétérinaire pensait qu’il avait été jeté du haut d’un immeuble ».

Difficile d’imaginer que quelqu’un puisse faire du mal à un animal. Et pourtant le monstre a sévi pendant plusieurs mois dans la région et torturé une quinzaine de chats avant d’être arrêté et condamné. Harold Barbé a publié sur Facebook le 30 décembre une jolie photo avec son tendre Potté pour donner de ses nouvelles :

« Il y a 1 an et demi, mon chat s’est fait écarteler par un maniaque. Opération impossible, le vétérinaire nous a conseillé de le « piquer ». Au moment de lui dire au revoir, dans ses yeux on pouvait lire qu’il ne voulait pas mourir.

On l’a ramené à la maison, avec le temps il s’est rééduqué tout seul, aujourd’hui il marche comme une tarentule mais il pete la forme et est très heureux. Personne ne pensait qu’il pourrait remarcher, sauf lui. C’est mon ami et c’est un exemple de combativité. Never give up. »

Cela a été un parcours du combattant pour ce chat. Harold a indiqué à Actu.fr :

« L’opération pour réparer les pattes de Potté coûtait 1500 euros mais nous ne pouvions pas dépenser ça à cette époque. Notre vétérinaire nous a conseillé de le faire piquer parce qu’il ne pourrait jamais remarcher ».

Toute la famille, dont leur fille de 6 ans était bien entendu effondrée. Mais au moment de lui dire au revoir, cela s’est avéré impossible : 

« Je l’ai regardé et j’ai vraiment vu ans ses yeux qu’il ne voulait pas mourir ».

Le vétérinaire de la famille a indiqué qu’il y avait une chance que les pattes avant du pauvre chat puissent se ressouder sans intervention. Dans ce cas, l’animal ne souffrirait pas mais sa mobilité serait impactée. Il ne pourrait plus se déplacer normalement. 

A voir aussi

« Piéger les chats » : le président des chasseurs persiste et signe

Willy Schraen, président de la Fédération national des chasseurs, persiste à croire qu’il faut « piéger » …

Laisser un commentaire