Accueil / Animaux / Le chien Max Yorkshire avait été enfermé dans une cave pendant 9 ans, et retrouvé avec trois kilos de poils.

Le chien Max Yorkshire avait été enfermé dans une cave pendant 9 ans, et retrouvé avec trois kilos de poils.

Le tribunal de police de Charleville-Mézières jugeait pour négligence l’ancienne propriétaire d’un yorkshire qui a vécu 9 ans dans une cave. Le chien a été trouvé au milieu de ses excréments, prisonnier d’une gangue de 3 kilos de poils.

Le tribunal de police de Charleville-Mézières jugeait ce mercredi 18 décembre l’ancienne propriétaire d’un chien qui a vécu 9 ans dans la cave de l’habitation.

Le 22 novembre 2017, l’association de protection animale la LISA intervenait dans un pavillon de Villers-Semeuse, suite à des signalements. Les bénévoles trouvent sur place Rex, un croisé yorkshire et bulldog français âgé de 11 ans dans une cave envahie d’excréments et plongée dans le noir

L’animal, prisonnier d’une couche de 3 kilos de poils coagulés par la saleté, est récupéré par l’association. Son toilettage durera 3h30. Rebaptisé Bob, le chien a été adopté par une retraitée lilloise et coule des jours heureux. 

L’ancienne propriétaire du chien explique qu’à l’âge de 2 ans, elle a décidé avec son mari de mettre le chien à la cave car il rongeait les meubles. « Je ne savais pas qu’il fallait lui donner un bâton pour qu’il se fasse les dents« , explique-t-elle. Rex était alimenté et abreuvé et, selon la défense, la porte restait ouverte la journée pour qu’il puisse sortir dans le jardin. « On évitait de le sortir devant car on avait honte de son état physique« , admet la maîtresse, qui reconnaît avoir fait preuve de négligence.

Bob et son adoptante vous souhaitent une bonne année 😉

Publiée par Association LISA sur Dimanche 31 décembre 2017

Le manque de soins, elle l’explique par le manque de moyens financiers car cette femme ne vit qu’avec les 408 euros mensuels de la pension de réversion de son mari défunt. C’est aussi par manque de ressources qu’elle dit avoir renoncé à l’abandonner à la SPA, car une participation financière peut-être demandée au maître qui confie son chien à un refuge. « Je ne savais pas qu’on pouvait le donner gratuitement à la LISA« , explique-t-elle. 

Négligence, mais pas cruauté

L’avocat de la LISA a demandé au tribunal de police de se déclarer incompétent car Maître Patrick Manil estime que l’affaire relève de l’acte de cruauté et donc du tribunal correctionnel. La demande a été rejetée. La LISA demande 1000 euros de dommages et intérêt et l’interdiction pour la contrevenante de détenir un animal de compagnie. Le parquet ajoute à ses réquisitions une amende de 550 euros. La décision sera rendue le 5 février

A voir aussi

Chevaux mutilés : dérive sectaire, thèses satanistes, haine des équidés… Les mystères d’une enquête macabre. (Vidéo)

Des juments, étalons, poneys et ânes de 25 départements ont été sauvagement mutilés ces derniers mois. L’enquête s’avère complexe, …

Laisser un commentaire