Accueil / Actualités / France / Le gouvernement envisage de limiter les déplacements d’une région à une autre après le 11 mai

Le gouvernement envisage de limiter les déplacements d’une région à une autre après le 11 mai

Alors que les Français doivent retrouver une liberté de mouvement plus grande à compter du 11 mai, la volonté de protéger certaines régions relativement épargnées par le coronavirus devrait encore limiter quelques semaines les déplacements interrégionaux, selon nos informations.

En France, le 11 mai doit marquer le début d’un déconfinement progressif. Et si ce dernier est progressif, c’est que, la menace sanitaire représentée par le coronavirus perdurant, certaines contraintes impliquées par la lutte contre sa propagation sont appelées à être maintenues temporairement.

Selon nos informations ce mercredi matin, faisant état du maintien d’une limitation des déplacements entre les régions pendant la première phase du déconfinement, l’exécutif envisage bien une régulation de la circulation des personnes à l’intérieur du territoire national. La date-limite pour une telle canalisation des mouvements de population fixée à la mi-juin, n’est ni confirmée ni écartée. 

« Ce n’est pas le retour à la vie d’avant »

« Il faudra limiter les déplacements entre les régions après le 11 mai, c’est une évidence. Le Premier ministre l’a dit dimanche : c’est pas le retour à la vie d’avant », confie un conseiller ministériel à BFMTV. Un autre glisse quant à lui que la limitation des déplacements interrégionaux constitue une « hypothèse de travail ». 

Interrogée sur la question ce mercredi lors du point de presse de sortie du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a dit « ne pas confirmer ces éléments ». « Nous sommes de manière active de en train de travailler a cette stratégie de de confinement », a-t-elle ajouté. 

L’enjeu est bien sûr de ne pas risquer de contaminer des régions connaissant peu de cas de coronavirus sur leur sol et une faible circulation du virus. La crainte de l’exécutif est notamment de voir des déplacements massifs à l’occasion des prochains week-ends de l’Ascension et de la Pentecôte. 

Les pistes envisagées

L’une des pistes examinées par le gouvernement est ainsi de ne proposer dans un premier temps qu’une offre limitée de trains et d’avions, avant de faire progressivement repartir le trafic. Les autorités pourraient aussi exiger des Français qu’ils justifient leurs déplacements par un motif sérieux, en établissant des contrôles dans les gares comme au début du confinement. 

Si le sommet de l’Etat optait effectivement pour cette reprise en douceur, son initiative lèverait encore des conséquences plus discrètes, comme celles qui concerneraient éventuellement les colonies de vacances. Si celles-ci devaient rouvrir, elles ne pourraient accueillir d’abord que les enfants de la région où est basée la colonie.

A voir aussi

Procès de Joël Le Scouarnec : 15 ans de réclusion criminelle requis

L’ancien chirurgien est jugé pour quatre viols et agressions sexuelles sur des fillettes. Le verdict …

Laisser un commentaire