Accueil / Animaux / Le gouvernement passe un décret autorisant les particuliers à vendre leur animaux à des laboratoires

Le gouvernement passe un décret autorisant les particuliers à vendre leur animaux à des laboratoires

Alors que les images du terrible « festival de la viande de chien » de Yulin, en Chine, sont partout sur les réseaux sociaux, il est intéressant de se pencher sur ce qui se passe également dans les pays occidentaux. En France par exemple, de nombreuses associations, dont 30 Millions d’Amis, se mobilisent contre le décret passé en toute discrétion par le gouvernement.

Alors que la crise sanitaire liée au coronavirus était à son apogée et que les politiques faisaient des discours sur la nécessité de protéger la faune et la flore, un décret était passé en catimini par le gouvernement français.

Le 17 mars, un décret de loi a en effet été mis en place pour modifier « certaines dispositions relatives à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques ».

La Fondation 30 Millions d’Amis, par la voix de Christiane Laupie, secrétaire générale et fondatrice du Comité scientifique Pro Anima, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis, l’a rapidement dénoncé comme le rappelle Midi Libre :

« Depuis la réglementation de septembre 1986, les animaux destinés à la vivisection doivent provenir uniquement de fournisseurs agréés et connus. Ce décret, c’est la porte ouverte au pire ! Élevages de chiens de chasse, particuliers, n’importe qui peut vendre son animal à un laboratoire. »

Avant le 17 mars, il était possible d’obtenir une dérogation pour vendre son animal uniquement « lorsque la production des éleveurs agréés est insuffisante ou ne convient pas aux besoins spécifiques du projet. » (cf. article R. 214-90 du Code rural). Mais maintenant que cette condition a été supprimée, il n’y a donc plus besoin de dérogation ! 

Selon la Fondation 30 Millions d’Amis, 86 % des Français souhaitent l’interdiction totale de l’expérimentation animale.

Si les tests sur les animaux restent bien trop nombreux, les associations contre ces méthodes mettent en avant la viabilité d’autres solutions permettant d’éviter les tortures pratiquées pour la science sur la faune. La Fondation 30 Millions d’Amis, par exemple, soutient le développement du test Valitox.

Il s’agit pour les chercheurs de pouvoir analyser et découvrir si une substance présente une toxicité aiguë en travaillant sur des cellules humaines en culture. Ainsi, aucun animal, ni aucun humain, ne souffrirait.

C’est vraiment navrant de découvrir que des dispositions si critiquées aient été passées pendant une période de crise sanitaire. N’hésitez pas à partager cet article, à le commenter et à faire savoir votre position concernant ce décret. Des alternatives qui ne feraient pas souffrir les animaux sont possibles donc pourquoi ne pas les utiliser !

A voir aussi

La Terrasse (38) : Une centaine de chats sauvés chez une retraitée !

Au domicile d’une retraitée ayant sombré dans la précarité, une centaine de félins se cachaient …

Laisser un commentaire