Accueil / Actualités / Faits divers / Les petits dealers de Marseille se recyclent dans les cambriolages

Les petits dealers de Marseille se recyclent dans les cambriolages

Plusieurs petites mains du trafic de cannabis marseillais viennent d’être interpellées à La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône. Le manque de drogue dans les quartiers pousse certains délinquants à s’adapter.

Il s’agit d’une série isolée, mais elle illustre la difficulté de certains jeunes délinquants à subsister depuis le début du confinement contre le coronavirus, et alors que le trafic de stupéfiants est à l’arrêt dans de nombreuses cités. En trois jours, les policiers de La Ciotat (Bouches-du-Rhône) ont interpellé près d’une dizaine de mineurs ou de très jeunes majeurs pour des cambriolages.

« Ce sont des petites mains de trafics de stupéfiants ou des petits cambrioleurs habituels des quartiers nord de Marseille, souligne une source proche du dossier. Mais, comme les gens sont chez eux, les cambriolages sont plus compliqués. Et comme le trafic tourne au ralenti et que certaines cités sont à sec, on se doute que certains n’ont plus de travail. »

«Ils attendaient à la gare, ce ne sont pas des cadors»

Dans la nuit de dimanche à lundi 20 avril, les policiers de La Ciotat sont appelés par un habitant qui a repéré du mouvement dans un box où il stationne un quad. Des policiers se rendent sur place, et deux voitures partent en trombe. Au péage de Marseille, un des deux véhicules est stoppé par les forces de l’ordre. A son bord, un jeune de 16 ans, originaire des quartiers nord de la cité phocéenne. L’autre voiture, qui a échappé aux policiers, est retrouvée carbonisée à Marseille. « Ce sont des petits voyous qui n’ont plus de travail, souligne un proche du dossier. Ils se déportent sur les villes voisines. »

Rebelote durant la nuit de lundi à mardi, durant laquelle ce sont deux jeunes majeurs, toujours originaires des quartiers nord de Marseille, qui sont interpellés à la gare de La Ciotat après avoir cambriolé une pharmacie. « Ils étaient venus en train, mais n’ont pas pu repartir à cause de la diminution du trafic SNCF, note un proche de l’enquête. Ils attendaient à la gare, cela prouve qu’ils ne sont pas des cadors. » Interpellés avec quelques centaines d’euros en liquide ainsi que du dentifrice ou des brosses à dents, ils ont été placés en garde à vue.

«Les dealers n’arrivent plus à s’approvisionner»

Dans la même nuit, preuve d’un phénomène qui semble prendre de l’ampleur, deux jeunes dealers de La Ciotat, connus des services de police locaux, sont eux aussi interpellés en flagrant délit lors du cambriolage d’un commerce. Leur ADN a permis de les relier à plusieurs autres vols commis depuis le début du confinement. « Localement, le trafic de drogue est quasiment à l’arrêt, car les dealers n’arrivent plus à s’approvisionner, souligne un enquêteur de La Ciotat. De fait, pour continuer à gagner de l’argent facile, ils se sont tournés vers les cambriolages… »

Et ils viennent parfois de bien plus loin que de l’agglomération marseillaise voisine. Deux jeunes de 16 et 17 ont été interpellés dimanche matin après avoir volé une moto de cross, repérée sur Le Bon Coin dans les environs de La Ciotat. Ces deux jeunes originaires de… Bondy, en Seine-Saint-Denis, avaient traversé la France à bord d’une camionnette pour venir dérober la moto dans le Sud. Sans que leur attestation de déplacement ne soit contrôlée en chemin.

A voir aussi

Fête clandestine pour un anniversaire à Marseille… Amende salée pour une cinquantaine de convives, l’organisateur interpellé

Ce mardi matin que des policiers ont verbalisé 45 personnes qui participaient à une fête …

Laisser un commentaire