Accueil / Animaux / Les pompiers des Yvelines tentent de sauver un chien pris au piège dans un terrier de renard
Photo d'illustration

Les pompiers des Yvelines tentent de sauver un chien pris au piège dans un terrier de renard

Les secours sont mobilisés depuis la nuit dernière pour sortir un petit Jack Russel coincé dans un terrier de renard au Breuil-Bois-Robert. Ils craignent que l’animal ne soit enseveli.

C’est un peu une opération de la dernière chance. Depuis lundi soir, les pompiers des Yvelines tentent de sauver la vie d’un petit chien, un Jack Russell, qui s’est lui-même engagé dans un terrier de renard au Breuil-Bois-Robert. Vers 22 heures rue des Tems Cœurs, le chien se promenait et il a couru après un renard avant de le suivre dans une galerie sans pouvoir en ressortir.

Ses maîtres ont prévenu les pompiers qui ont travaillé autour du terrier pour tenter d’orienter le chien vers la sortie. Mais à 3 h 30, les secours ont suspendu leur action avant de revenir ce mardi matin à 7 h 30.

« Les terriers de renard sont constitués de systèmes de galeries complexes avec plusieurs entrées et puits d’aération, explique le commandant Marc Bidard, chef des pompiers spécialisé dans le sauvetage des animaux en danger. Le Jack Russell est de petite taille, très sportif et doté d’un fort instinct de chasseur. Mais celui-ci n’a pas été dressé pour la chasse et ne connaît pas les galeries. Il n’a pas rebroussé chemin lorsqu’on a tiré un coup de feu où lorsqu’on l’a appelé ».

Sa vie est en danger

Le chien est certainement resté coincé dans une galerie parce que son train arrière est plus large que celui du goupil, qui connaît parfaitement son repaire et a probablement déjà quitté les lieux. « Le chien est perturbé par le fait que l’odeur du renard est présente partout dans la cavité et il ne sait pas repartir en marche arrière », ajoute le commandant.

Sa vie se trouve donc en danger car il peut être enseveli dans une cavité trop petite. Dans un premier temps, les pompiers ont tenté de creuser, sans résultat. « Nous avons fait venir des louvetiers déterreur, spécialiste de la chasse au renard qui vont nous aider à identifier les galeries utilisées par la bête », souligne Marc Bidard. Les soldats du feu vont employer un appareil d’écoute comme pour les personnes enterrées dans les tremblements de terre pour tenter de le localiser et s’assurer qu’il est toujours en vie.

À l’heure actuelle, il est impossible de faire un pronostic car ces chiens sont très résistants et peuvent survivre plusieurs jours dans des conditions extrêmes. Mais tout dépend de la configuration des lieux où il a été emprisonné notamment de la quantité d’air et de l’humidité disponible. Les recherches ont été suspendues, elles reprendront ce mardi soir avec des chiens capables de creuser dans la tanière du renard.

A voir aussi

La diffusion d’un vidéo par L214 de l’élevage intensif de lapin dans le Morbihan

Cette enquête sort deux jours avant l’examen d’une proposition de loi en commission à l’Assemblée …

Laisser un commentaire