Accueil / Actualités / Société / Les salariés de la SNCF et de la RATP sont inquiets à l’approche de la reprise des transports

Les salariés de la SNCF et de la RATP sont inquiets à l’approche de la reprise des transports

Les principaux syndicats de la SNCF et de la RATP sont inquiets à l’approche du déconfinement et de la remise en route des transports en commun. Ils se demandent si la protection de tous les salariés sera possible et assez forte. Ils souhaitent des masques FFP2 pour ceux qui reprendront le travail.

A la veille des annonces du Premier ministre Edouard Philippe, qui doit dévoiler mardi le plan du gouvernement pour le déconfinement du 11 mai 2020, les principaux syndicats de la SNCF et de la RATP ont fait part de leur inquiétude ce lundi.

« Il y a beaucoup de peur chez les cheminots » – Laurent Brun, CGT-Cheminots

Les syndicats se demandent « quel niveau de protection on pourra garantir aux usagers et aux salariés« . Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, premier syndicat du groupe ferroviaire, a évoqué sur BFM-TV le problème des protections

« On veut des masques, des protections, un certain nombre de dispositions, pour être sûr qu’on ne se contaminera pas… qu’on ne contaminera pas les usagers, les familles…Si on n’organise pas de distanciation sociale dans les trains, il faut impérativement qu’on ait des masques FFP2« , a-t-il déclaré.

Les syndicats se posent des questions sur les quantités de masques qui seront à disposition mais aussi sur la façon dont ils vont être distribués.

« Le port du masque par les voyageurs doit être obligatoire  » – Unsa-RATP

L’Unsa-RATP, premier syndicat de la régie, a réclamé, dans un communiqué, des « moyens de protection incontournables : masques, gels hydroalcooliques » pour le déconfinement.  Le syndicat demande une désinfection efficace des matériels utilisés par les salariés et les usagers.

Tout le monde devra avoir un masque, estime aussi le syndicat qui pense que la RATP n’a pas à financer ces masques, mais pourrait participer à leur distribution.

Qui dit port obligatoire dit contrôles. Pour l’Unsa-RATP, pas question que ces contrôles reposent uniquement sur les agents de sécurité de la régie. 

Le syndicat, qui sait bien que les règles de distanciation sociale sont ingérables dans les transports en commun, lance donc un appel pour que chacun se responsabilise. Il souhaite que le télétravail se poursuive pour ceux qui le peuvent et que les entreprises lissent les horaires de travail pour fluidifier les heures de pointe

A voir aussi

Toulouse : l’association les 4 Patounes agis contre la maltraitance directement sur le terrain.

La maltraitance animale est son cheval de bataille. L’association Les 4pattounes est sur tous les …

Laisser un commentaire