Accueil / Actualités / Faits divers / l’ex gilet jaune Iptaa Handsbourg depuis un an, elle enchaîne les arnaques en se faisant passer pour un médecin.

l’ex gilet jaune Iptaa Handsbourg depuis un an, elle enchaîne les arnaques en se faisant passer pour un médecin.

De Toulouse à Paris en passant par Marseille, une femme enchaîne les arnaques en se faisant passer pour un médecin en utilisant des faux noms. Elle est toujours en liberté.

Une pro de l’arnaque sévit toujours dans l’Hexagone, plus d’un an après avoir fait parler d’elle à Toulouse, en infiltrant un groupe de street medics – volontaires soignants lors des manifestations – en pleine crise des Gilets jaunes. En avril 2019, cette femme, qui se faisait appeler alors Iptaa Handsbourg, avait prétendu être médecin et ainsi réussi à intégrer un groupe toulousain de street medics, rapporte La Dépêche. Une fois adoptée par le groupe, des premiers doutes étaient toutefois apparus sur la réelle identité d’Iptaa Handsbourg. Trop tard, puisque l’arnaqueuse était reparti avec un sac rempli de matériel médical sans plus jamais donner de nouvelles.

À Muret, commune située à 25 kilomètres de Toulouse, l’arnaqueuse avait également presque réussi à berner la direction de la clinique Occitanie, au point de visiter les installations pour y travailler ponctuellement. Sauf qu’au moment de présenter ses diplômes, ce fut silence radio. « Elle avait du culot et du répondant, puisqu’on est plusieurs à avoir cru à ses histoires », témoignait à l’époque l’un des médecins qui l’avait rencontrée.

Un faux nom et un faux profil Linkedin

Au total, cinq plaintes avaient été déposées l’an dernier, à Toulouse et à Marseille, et la police l’avait convoquée au commissariat sans réussite puisqu’elle ne s’était jamais présentée. Pour escroquer ses proies, Iptaa Handsbourg utilisait un faux nom et un faux profil LinkedIn, dans lequel elle indiquait avoir travaillé dans une clinique parisienne réputée.

« On m’a dit qu’elle s’était exilée en Belgique », raconte une victime à La Dépêche. Selon ce témoignage, les parents de l’arnaqueuse prétendraient qu’elle serait tombée dans ce cycle infernal du mensonge à la suite du décès récent de son frère. De son côté, son mari aurait assuré subir la situation. « Mais est-ce qu’il n’était pas lui aussi dans la combine ? », s’interroge une victime.

Elle vivrait désormais à Toulon

Introuvable depuis plusieurs mois, elle aurait récemment refait surface à Paris. Sous le faux nom d’Inaya Runelhard, et avec un numéro de téléphone issu d’une carte prépayée, elle aurait repris ses bonnes vieilles habitudes en arnaquant un jeune homme, convaincu qu’elle était médecin et qu’elle travaillait dans une clinique de la capitale.

Ce dernier aurait visité son très bel appartement parisien « quasiment en face de la Tour Eiffel » (en réalité une location airbnb), puis aurait eu une liaison avec elle, avant d’être plumé de 1500 euros, pour « acheter du matériel médical pour son travail ». Aux dernières nouvelles, le jeune homme aurait réussi à retrouver la trace de l’escroqueuse sur un site de rencontre. Elle vivrait désormais à Toulon et aurait promis qu’elle allait le rembourser.

A voir aussi

A 92 ans, il prend une nationale à contresens et meurt dans un carambolage

Un conducteur est entré sur la RN88 dans le mauvais sens, provoquant après deux kilomètres …

Laisser un commentaire