Accueil / Actualités / Faits divers / Lozère : le chat Pépito blessé par un plomb de carabine, sa maîtresse porte plainte

Lozère : le chat Pépito blessé par un plomb de carabine, sa maîtresse porte plainte

La propriétaire de Pépito, qui habite à Balsièges en Lozère, témoigne, entre douleur, colère et inquiétude.

Il est 8 h 15, mercredi dernier. Comme chaque matin, Karine ouvre ses volets, dans un lotissement de Balsièges. Mais cette fois-ci, son chat Pépito, porteur d’un collier et d’une clochette, et qui peut entrer et sortir par une fenêtre équipée d’un système anti-intrusion, ne se précipite pas pour rentrer manger.

Ni une ni deux, Karine descend se chausser pour partir à sa recherche. Et c’est là qu’elle le trouve, dans la buanderie. « Il était allongé, et avait des poils rassemblés autour d’une blessure. Là, je pense qu’il s’est bagarré avec un autre chat. Mais il avait l’air fatigué, il ne se levait pas. »

Sous étroite surveillance

Lorsqu’elle le soulève, Karine se retrouve avec les mains pleines de sang. Direction la clinique vétérinaire Chaoubets, à Mende, en urgence. « Le vétérinaire le rase, et l’emmène pour une radio. Et là, il me dit qu’il doit me montrer quelque chose. »

La radio révèle très clairement la présence d’un plomb dans le corps de Pépito. « C’est du 4,5 mm, ce qui correspond à des carabines que l’on peut acheter dans le commerce, sous la seule condition d’être majeur », précise la maîtresse de Pépito, encore « stupéfaite ».

S’ensuivent une opération et 48 h d’inquiétude. Le plomb a traversé le diaphragme et le foie, déclenchant aussi un épanchement cardiaque. Le plomb ne pourra pas être retiré. Le chat est rentré chez lui, mais n’est pas encore tiré d’affaire, il est sous étroite surveillance, sous médicaments. « On n’est pas à l’abri d’une infection, et il ne mange pas tout seul. »

Une vie ça se respecte, même si c’est un animal

Karine a porté plainte auprès de la gendarmerie, et a alerté la mairie de Balsièges. Elle a aussi posté un message sur la page Facebook de l’association Au pré de mon arche. Entre douleur et colère, elle s’interroge sur les motivations d’un acte dont elle ne doute pas qu’il soit volontaire (quand bien même serait-il accidentel, cela ne rassurerait guère Karine).

Pépito opéré

Selon le vétérinaire qui a opéré Pépito, le chat n’a pas pu parcourir des centaines de mètres avec cette blessure. Sans doute les faits se sont-ils produits un peu avant 8 h. « C’est un acte grave dans un quartier d’habitation où il y a des animaux, des enfants, où on vit tranquillement depuis des années. Une vie, c’est une vie, ça se respecte, même si c’est un animal. » Aujourd’hui, Karine veut comprendre pourquoi son chat a été blessé. Et surtout, espère qu’il se remettra.

A voir aussi

Attentat de Conflans : un collégien soupçonné d’avoir reçu de l’argent du terroriste

L’élève du collège du Bois-d’Aulne, où enseignait la victime Samuel Paty, a été entendu sous …

Laisser un commentaire