Accueil / Actualités / Faits divers / Narbonne : une mère retrouvée prostrée près du cadavre de sa fille morte depuis des semaines

Narbonne : une mère retrouvée prostrée près du cadavre de sa fille morte depuis des semaines

Un drame de la précarité. La victime, handicapée, a été retrouvée morte, il y a quelques jours, dans l’appartement où elle vivait avec sa mère à Narbonne.

Sordide histoire à Narbonne. Elle s’est déroulée en cœur de ville, dans le quartier du lycée Lacroix, dans une petite rue à proximité (*). Dans un appartement du secteur, vivent une femme et sa fille. Elles sont en en situation, visiblement, de grande précarité.

D’importants troubles psychiatriques

La fille, âgée d’une trentaine d’années, est handicapée. Elle souffre notamment d’importants troubles psychiatriques. Elle est connue, dans le quartier, pour souvent pleurer ou crier à cause du mal dont elle souffre…

Mais voilà un peu plus d’un mois, plus rien. Plus un bruit. De quoi étonner pas mal de monde dans la rue où demeure cette famille.

Une odeur pestilentielle

D’où la décision d’un voisin d’alerter les services sociaux. Mais ce n’est qu’après plusieurs semaines que la démarche aboutira. Au final, il y a quelques jours, les deux femmes ont été retrouvées dans leur appartement d’où s’échappait une odeur pestilentielle. La fille est découverte morte, sa mère prostrée à côté d’elle.

D’après un témoin, la mère était fortement amaigrie et évoluait dans son logement au milieu des détritus. Le cadavre de sa fille était dans un état de décomposition avancée.

La mère, qui n’a pas été placée en grade à vue, a très rapidement été hospitalisée d’office, sa psyché étant manifestement très détériorée. Le parquet de Narbonne a confié l’enquête aux fonctionnaires du commissariat de la sous-préfecture audoise. L’autopsie, pratiquée sur le corps e la victime, a révélé que la cause de la mort de la jeune femme était naturelle.

Mort naturelle confirmée

Une conclusion qui vient conforter la thèse initiale de l’équipe en charge des investigations. Si, au début de l’enquête, l’état du corps de la défunte ne permettait pas d’échafauder d’hypothèses solides, les policiers, grâce aux renseignements qu’ils venaient de recueillir, avaient rapidement quasiment écarté la piste criminelle.

La victime aura-t-elle fait une mauvaise chute, ou plus simplement un malaise, laissant sa mère dans le plus grand désarroi et sans réponse adaptée ?  Peut-être arrivera-t-elle à s’en ouvrir lorsque son état de santé le lui permettra…

A voir aussi

A 92 ans, il prend une nationale à contresens et meurt dans un carambolage

Un conducteur est entré sur la RN88 dans le mauvais sens, provoquant après deux kilomètres …

Laisser un commentaire