Accueil / Actualités / Economie / Oui, Intermarché va produire 130 millions de masques dans son usine de couches du Morbihan

Oui, Intermarché va produire 130 millions de masques dans son usine de couches du Morbihan

L’information avait fuité dans un courrier signé du président de la région Bretagne Loïg Chesnais-Girard. Oui, le groupe Intermarché va bien transformer son usine de couches installée dans le Morbihan en grande unité de production de masques FFP2 et masques chirurgicaux pour lutter contre l’épidémie de coronavirus en France. 130 millions de masques devraient sortir du site Les Celluloses de Brocéliande, installé à Ploërmel. Une soixantaine d’emplois seront créés pour faire face à la demande croissante de protection.

Connue pour fabriquer les couches de la marque Pommette, très répandue dans les crèches françaises, l’usine de Ploërmel sort habituellement 3,2 millions de couches par jour et 1,8 million d’unités hygiène féminine de la marque Intermarché. A compter du mois de juillet, elle produira des masques FFP2 grâce à l’acquisition de trois machines achetées auprès de la société stéphanoise Cera. Ces masques sont destinés en priorité au personnel médical. Deux machines ont également été achetées auprès de la société angevine Ose pour produire des masques chirurgicaux dès le mois d’août.

Ce ne sera pas une première pour l’entreprise. Sur son site breton ouvert en 1990, l’unité de production d’Intermarché réalisait déjà des masques FFP2 dans les années 2000 mais leur fabrication avait été abandonnée et la ligne vendue. « Le savoir-faire de la fabrication des masques est, aujourd’hui encore, présent au sein des équipes d’encadrement et du bureau d’études de l’usine », précise le groupe agroalimentaire dans un communiqué.

Depuis l’annonce du président Emmanuel Macron de sa volonté de « relocaliser la production de masques en France », de nombreux groupes industriels de l’Hexagone avaient été sondés. Intermarché souhaite ainsi « contribuer à l’indépendance d’approvisionnement en masques pour la France » et se targue d’avoir réussi « en moins d’un mois », à trouver des solutions pour réaménager son usine et commander cinq lignes de production de masques. La production prévue entre août et décembre 2020 sera de l’ordre de 130 millions d’unités, selon le groupement.

A voir aussi

Hauts-de-France : Les animaux de compagnie, un business même après la mort

Il existe pour les animaux défunts un éventail de prestations encore plus large que pour …

Laisser un commentaire