Accueil / Actualités / France / Paris : la Ville versera une prime de 35 euros bruts par jour aux agents de terrain.

Paris : la Ville versera une prime de 35 euros bruts par jour aux agents de terrain.

Ce bonus sera rétroactif pour les semaines qui viennent de se dérouler.

Ils sont au front. Tous les jours. Eboueurs, personnel dans les Ehpad, agents de la sécurité, acteurs sociaux, personnel de la direction des affaires scolaires qui accueillent les enfants des personnes soignants… Pour les remercier de leur engagement et de leur implication en pleine crise du coronavirus, la mairie de Paris a décidé de leur allouer une prime. 35 € nets par jour. Soit 175 € pour une semaine. 700 € de plus à la fin du mois. « Cette prime concernera tous ceux qui sont sur le terrain. Soit 4 000 agents de la ville de Paris et 1 400 personnes qui travaillent au Centre d’Action Sociale de La Ville de Paris (Casvp) », précise Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo. Un budget de 7,2 millions d’euros par mois.

700 € en plus par mois

Il s’agit pour la Ville de remercier tout ce personnel dévoué et aussi de l’inciter. Car il faut bien l’avouer, devant les risques d’exposition et de contamination au Covid-19, nombre d’agents pourraient être tentés de faire valoir leur droit de retrait. « Nous, nous travaillons sur la base du volontariat depuis le début », précise d’emblée Jean-François*, un encadrant de travailleurs sociaux. « Jusqu’ici, personne n’a refusé de mission. Mais cette prime, elle est bienvenue. 700 € de plus à la fin du mois, pour des petits salaires, c’est bien », se félicite l’encadrant qui précise avoir mis en place dès le début des mesures strictes de protections : masques, gants, housses dans les véhicules, désinfection régulière des camions…

Une commande de 5 millions de masques

« Nous avons très tôt décidé de donner le matériel nécessaire pour les protections des agents de terrain. Notre stock stratégique de plusieurs millions d’unités de masque a très vite été distribué. Et la commande de 5 millions de masques supplémentaires doit nous mettre à l’abri d’un risque de rupture », précise Emmanuel Grégoire.

*Le prénom a été changé

A voir aussi

Rennes : crachats, insultes… dans les supermarchés, un confinement pire que le premier

Depuis fin octobre 2020, hôtesses de caisse, d’accueil, agents de sécurité subissent les foules qui …

Laisser un commentaire