Accueil / Actualités / Faits divers / Paris, Montpellier, Nantes, Lyon, Toulouse… Quelques centaines de Gilets Jaunes ont bravé l’interdiction de manifester.(Vidéo)

Paris, Montpellier, Nantes, Lyon, Toulouse… Quelques centaines de Gilets Jaunes ont bravé l’interdiction de manifester.(Vidéo)

En ce premier week-end déconfiné, certains Gilets Jaunes ont voulu renouer avec leur tradition des samedis de manifestations. En dépit des interdictions.

L’interdiction des rassemblements de plus de dix personnes vaut aussi pour les manifestations. Ce qui n’a pas empêché des centaines de personnes de revêtir leur Gilets Jaunes dans plusieurs villes de l’Hexagone, comme ils l’ont fait de nombreux samedis durant, jusqu’au déconfinement.

De Montpellier à Nantes, quelques centaines de « gilets jaunes » ont ainsi bravé l’interdiction de manifester en ce premier samedi post-confinement, les forces de l’ordre procédant souvent à des verbalisations, ont constaté les journalistes de l’AFP. « Il y a sanction pour tous les rassemblements de plus de dix personnes », avait rappelé dans la matinée le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, en déplacement à Veules-les-Roses (Seine-Maritime).

Coups de matraque et arrestations à Montpellier

À Toulouse et Nantes, qui avaient connu de fortes manifestations en 2018 et 2019, les « gilets jaunes » ont tenu de petits regroupements épars en centre-ville en début d’après-midi, en présence d’importantes forces de police, qui ont procédé à des verbalisations. À Bordeaux, ancien bastion du mouvement, la préfecture a compté une cinquantaine de manifestants. Même constat à Paris ou les manifestants ont pris possession de la place de la République sous haute surveillance policière.

Dans la capitale de l’Occitanie, commerçants et « gilets jaunes » se sont fait face. Soutenus par le maire LR Jean-Luc Moudenc, des commerçants entendaient dire « qu’il est irresponsable de la part des Gilets Jaunes de manifester avec les risques de contamination et irresponsable de bloquer les commerces, qui sont sous assistance respiratoire », selon Philippe Léon, d’une association de commerçants du centre-ville.

A voir aussi

Attentat de Conflans : un collégien soupçonné d’avoir reçu de l’argent du terroriste

L’élève du collège du Bois-d’Aulne, où enseignait la victime Samuel Paty, a été entendu sous …

Laisser un commentaire