Accueil / Actualités / France / Patrick Poivre-d’Arvor plaide pour la réouverture des plages

Patrick Poivre-d’Arvor plaide pour la réouverture des plages

L’ex-présentateur du journal de 20h de TF1, amoureux de la Bretagne, possède une maison dans les Côtes-d’Armor. Comme de nombreux citoyens et élus bretons, il demande au gouvernement de rouvrir les plages à partir du 11 mai.

La vague monte en Bretagne depuis quelques jours. Comme ailleurs sur le littoral atlantique, de nombreux élus demandent la réouverture des plages à partir du 11 mai, date à laquelle le déconfinement doit débuter en France. Pour le moment le gouvernement s’y oppose mais un mouvement est lancé. 

Les fédérations de sports nautiques portent le même combat. Sur les réseaux sociaux, les mots-dièse #rendeznouslamer et #rendeznousnosplages rassemblent des milliers de messages. Des pétitions ont été lancées et recueillent des centaines de signatures.

Le journaliste et écrivain Patrick-Poivre-d’Arvor, dont l’amour de la Bretagne est connu de tous, a lui aussi choisi de prendre position en signant et en relayant une de ces pétitions initiée par le maire de Trégastel. Il nous explique pourquoi.

Pourquoi avoir choisi de soutenir ce combat ?

PPDA : « Depuis le début, cette décision de fermer les plages m’est apparue comme une absurdité absolue. S’il y a des endroits calmes dans notre pays ce sont bien les plages, avec les forêts, les montages et les sentiers de randonnée. Le président de la République a dit qu’il allait travailler en concertation avec les élus locaux mais eux-mêmes trouvent que c’est absurde. Il faut un peu de logique et de discernement et ne pas confier à quelques technocrates parisiens le soin de décider ce qui est permis et pas permis dans les territoires. On est en train de dépenser de l’argent pour surveiller les plages avec des hélicoptères. C’est insensé. Le gouvernement ferait mieux de légiférer sur les masques. »

Que répondez-vous à ceux qui disent qu’il y a un risque de voir les gens arriver en masse sur les plages ?

PPDA : « Je crois à la responsabilité de chacun et il faut d’abord tirer un grand coup de chapeau aux citoyens et notamment aux Bretons puisque le virus a très peu circulé dans la région. Il n’y a rien de plus que la mer en Bretagne il faut permettre aux habitants de combattre l’anxiété en retrouvant cette nature si bien préservée dans la région. Et puis la Bretagne ne va pas rester confinée. Elle vit aussi du tourisme et il faut que les gens puissent venir dans la région de façon responsable et respectueuse. »

A titre personnel, comment vivez-vous le confinement ?

PPDA : « Je suis à Paris et mon geste est donc solidaire mais pas égoïste. En revanche ma fille vit à Trégastel et je pense beaucoup à elle. Je n’ai pas vu la Bretagne que j’aime tant depuis trois mois et ça me manque. Chaque jour je lis un chapitre de mon livre aux internautes et je réponds aux sollicitations des associations caritatives, ça me parait être la moindre des choses. »

C’est un moment de création pour vous ?

PPDA : « Je planche sur deux autres livres mais le confinement n’est pas vraiment un moment de création. C’est une fausse liberté, c’est pour cela que les gens ont besoin de retrouver un peu  de liberté et un bol d’air. »

A voir aussi

Rennes : crachats, insultes… dans les supermarchés, un confinement pire que le premier

Depuis fin octobre 2020, hôtesses de caisse, d’accueil, agents de sécurité subissent les foules qui …

Laisser un commentaire