Accueil / Animaux / Pays-Bas : « Des milliers » de visons d’élevages vont être abattus suspectés d’avoir transmis le covid-19

Pays-Bas : « Des milliers » de visons d’élevages vont être abattus suspectés d’avoir transmis le covid-19

« Le virus peut continuer à circuler dans les élevages de visons pendant une longue période et peut donc présenter un risque pour la santé publique et animale », ont écrit les ministres dans une lettre envoyée au Parlement.

Un juge néerlandais, saisi par des défenseurs des animaux, a ordonné ce jeudi soir un report de l’abattage de plus de 10.000 visons d’élevage potentiellement infectés par le coronavirus, qui devait débuter ce vendredi. Les autorités néerlandaises avaient ordonné cet abattage car des cas de Covid-19 auraient été signalés chez les petits mammifères de cet élevage, qui ont « probablement » transmis la maladie à deux employés.

Mais un juge d’un tribunal économique spécialisé a décidé d’un report jusqu’à une audience, lundi, lors de laquelle deux groupes de défense des animaux seront entendus. Le nettoyage de ces élevages, qui touche sept entreprises réparties sur neuf sites dans le sud des Pays-Bas, vise à éviter qu’ils ne deviennent des foyers de contamination, avaient expliqué ce mercredi la ministre de l’Agriculture Carola Schouten et le ministre de la Santé publique Hugo de Jonge, suite à un avis des autorités sanitaires.

Une mesure « difficile »

« L’avis montre que le virus peut continuer à circuler dans les élevages de visons pendant une longue période et peut donc présenter un risque pour la santé publique et animale », ont écrit les ministres dans une lettre envoyée au Parlement. Les ministres ont évoqué une mesure « difficile » pour les éleveurs touchés, qui auront droit à une compensation financière. Le Comité de bien-être des animaux veillera à ce que les visons soient abattus de « manière responsable », ont-ils assuré.

A voir aussi

Chevaux mutilés : dérive sectaire, thèses satanistes, haine des équidés… Les mystères d’une enquête macabre. (Vidéo)

Des juments, étalons, poneys et ânes de 25 départements ont été sauvagement mutilés ces derniers mois. L’enquête s’avère complexe, …

Laisser un commentaire