Accueil / Insolite / Perpignan : un détenu accusé d’avoir tranché le pénis de son compagnon de cellule

Perpignan : un détenu accusé d’avoir tranché le pénis de son compagnon de cellule

Après le décès d’un prisonnier le 11 juin dernier à Perpignan (Pyrénées-Orientales), son codétenu vient d’être mis en examen pour meurtre. Il est soupçonné d’avoir sectionné le sexe de la victime à l’aide d’un objet tranchant.

Une terrible agression, dont les motivations restent encore à éclaircir. Un homme de 37 ans, détenu à la prison de Perpignan pour des faits d’agression sexuelle, a été mis en examen pour meurtre à l’issue de sa garde à vue par la police locale, rapporte L’Indépendant. Il est soupçonné d’avoir tué son compagnon de cellule, dans la nuit du 10 au 11 juin dernier.

Agée de 63 ans et également emprisonnée pour une affaire d’agression sexuelle, la victime avait été retrouvée morte dans sa cellule au cours de la journée suivante. Selon le quotidien local, il “présentait des plaies au niveau de l’aine et du bas-ventre, laissant à penser qu’elle avait été victime de violences de la part d’un tiers.”

Le mobile reste pour l’heure inconnu

Les soupçons se portèrent rapidement sur son codétenu, qui avait justement demandé à changer de cellule le matin même, évoquant comme motif une “précédente altercation” entre les deux prisonniers. Après quelques investigations, les enquêteurs sont ainsi parvenus à des conclusions glaçantes.

L’Indépendant révèle en effet que “dans la nuit précédant le décès, (le suspect) aurait coupé à l’aide d’un objet tranchant le sexe de son codétenu qui, touché au niveau de l’artère fémorale, se serait vidé de son sang jusqu’à succomber”. Le mobile du crime reste pour l’heure inconnu, et les enquêteurs vont poursuivre leur travail, alors qu’une information judiciaire a été ouverte.

A voir aussi

Modification corporelle extrême : le Montpelliérain « Black Alien » va plus loin et se fait retirer le nez. (Vidéo)

Après l’ablation des oreilles, l’injection d’encre dans les yeux ou la pose d’implants sous cutanés …

Laisser un commentaire