Accueil / Actualités / Société / Police : le pistolet à impulsion électrique va remplacer la technique d’étranglement

Police : le pistolet à impulsion électrique va remplacer la technique d’étranglement

Le ministère de l’Intérieur va généraliser l’usage du pistolet à impulsion électrique pour compenser la suppression de la clé d’étranglement. Il va l’annoncer aux syndicats ce jeudi et vendredi.

« Personne ne doit risquer sa vie lors d’une interpellation. » Invité ce matin de BFMTV, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a répété ce qu’il avait annoncé lundi, affirmant la suppression de la clé d’étranglement comme technique d’interpellation. Le ministre a en revanche tout de suite mis un bémol, rappelant que les policiers devaient disposer « d’autres moyens techniques d’interpeller ».

Pour compenser la disparition de cette technique d’interpellation, le ministère de l’Intérieur va, selon nos informations, généraliser la dotation du pistolet à impulsion électrique (PIE). « C’est la corrélation obligatoire, assure une source proche du dossier. On est obligé de donner aux policiers un moyen de compenser. » Selon nos informations, Christophe Castaner devait annoncer la mesure lors de sa conférence de presse, avant de changer d’avis. Ce que le ministre de l’Intérieur a volontairement omis de déclarer lundi lors de sa conférence de presse. L’annonce doit être faîte jeudi et vendredi aux syndicats de police.

Une utilisation pas enseignée dans les écoles de police

Cette généralisation se heurte toutefois à quelques problématiques. Actuellement, l’utilisation du pistolet à impulsion électrique n’est pas enseignée dans les écoles de police. Pour être équipé, un agent doit passer une habilitation supplémentaire. Les formations continues vont devoir se multiplier dans les mois à venir. Une formation dès l’école de police pourrait aussi être envisagée. « À ce stade, nous n’avons pas d’instruction pour l’apprentissage du pistolet à impulsion aux élèves, assure un gradé d’une école de police. Mais cela ne devrait pas trop difficile à mettre en place, car nous avons déjà des stands de tir pour le pistolet automatique. »

«Il va falloir des achats en masse de cette arme intermédiaire»

L’autre interrogation des syndicats de police quant à la généralisation des pistolets à impulsion électrique concerne leur nombre. Selon une source proche du dossier, des commandes ont déjà été lancées par le ministère de l’Intérieur afin d’équiper les policiers largement sous-dotés actuellement.

« Il va falloir des achats en masse de cette arme intermédiaire », assure Fabien Vanhemelryck. « Il en faut au moins un par équipage », confirme David Le Bars. Les différents syndicats s’accordent en tout cas sur l’erreur de timing du ministère de l’Intérieur qui « aurait dû généraliser le port du pistolet à impulsion électrique avant la suppression de la prise par le cou », estime David Le Bars.

A voir aussi

Juments mutilées : un appel à la vigilance lancé aux propriétaires d’équidés et aux riverains

Après la découverte d’une nouvelle jument mutilée dans le Jura, un appel à la vigilance …

Laisser un commentaire