Accueil / Actualités / Société / Pour leur alimentation, les Français sont soucieux du prix et des produits locaux

Pour leur alimentation, les Français sont soucieux du prix et des produits locaux

Les Français sont plus attentifs aux prix qu’avant le confinement. Ils privilégient aussi davantage des produits sains et d’origine France.

Prix ou qualité, entre les deux… Plus que jamais, les Français consommateurs sont tiraillés entre deux préoccupations contradictoires, rappelle la dernière étude de l’Observatoire E.Leclerc des Nouvelles Consommations, réalisée en ligne par Ipsos les 24 et 25 avril, auprès de 1051 personnes.

D’un côté, l’impératif des prix bas, donc : selon cette étude, que ce soit pour les produits frais, les produits d’entretien ou l’épicerie, 57 % des personnes interrogées accordent davantage d’importance au prix maintenant qu’avant la crise du Covid-19, et ils sont même 95 % à déclarer qu’ils continueront à y faire davantage attention après la crise sanitaire.

La faute au trou d’air économique, d’abord : les quelque 10 millions de salariés inscrits en chômage partiel n’ont que peu de visibilité sur leur avenir et sont – légitimement – inquiets. Ils épargnent et comptent. « Confinés, ils ont eu le temps, ou l’ont pris, de comparer les tarifs entre enseignes ou au sein d’une même catégorie de produits, avant de passer commande via les drive », confirme Michel-Edouard Leclerc, le patron des enseignes éponymes, persuadé que la recherche du juste prix est plus que jamais d’actualité. « Après le déconfinement, il faudra être plus compétitif que jamais sur les prix », prédit-il.

Des produits locaux et sains

D’un autre côté, les personnes interrogées pointent également leur volonté de manger des produits locaux, made in France et sains. « Confinés avec leurs enfants, les Français veulent privilégier la qualité, et manger équilibré. Et puis, ils veulent aussi soutenir l’économie locale », décrypte Michel-Edouard Leclerc. Les consciences se sont modifiées. Les fruits et légumes produits en France, plus chers, sont quand même achetés par les consommateurs. Les Français se tournent donc davantage vers les produits d’origine France (NDLR : 45 % d’entre eux le font plus que d’habitude) – l’origine est même le premier critère de choix pour les fruits et légumes -, vers les produits frais (37 %) ou encore issus des circuits courts (37 %).

Une fois passée l’épidémie, les sondés ont d’ailleurs bien l’intention de garder ces critères en tête : les qualités nutritionnelles (52 %) d’un produit, son origine (54 %) ou encore sa traçabilité (50 %) sont très souvent citées comme primordiales. A l’inverse, cette recherche d’une consommation plus saine entraîne une baisse des achats de plats préparés (28 % des Français en achètent moins).

Les hommes plus nombreux en cuisine qu’avant

D’autres habitudes ont été bouleversées depuis le début de cette crise : les hommes sont de plus en plus nombreux à faire les courses, mais aussi à s’intéresser à ce qui se passe en cuisine. Et un client sur cinq consomme davantage via un drive : « ce mode d’achat allie rapidité d’exécution et rassure d’un point de vue sanitaire », rappelle « MEL ».

Attention portée aux prix, culture de la qualité… à côté de ces deux impératifs, Michel-Edouard Leclerc en est convaincu, la période de déconfinement correspondra à une troisième tendance : le besoin de diversifier ses achats, de (re) découvrir des saveurs, des goûts. « Les consommateurs ont acheté des pâtes et du riz par nécessité, et des steaks hachés en pagaille, mais maintenant, ils vont avoir envie de diversité, de renouvellement. Ils vont regarder les autres viandes, et rassurés par les mesures barrières que nous avons mis au rayon frais, vont cesser de bouder les rayons traditionnels et se remettre à consommer du fromage à la coupe. Ils vont redécouvrir la dimension plaisir ».

A voir aussi

Covid-19 : Paris les bars seront fermés à partir de mardi

Les autorités tiennent une conférence de presse ce lundi matin. Si les restaurants pourront rester …

Laisser un commentaire