Accueil / Actualités / Economie / Renault prévoit de supprimer 4600 emplois en France

Renault prévoit de supprimer 4600 emplois en France

Le constructeur automobile français Renault compte supprimer environ 15 000 emplois dans le monde, dont 4600 en France, dans le cadre d’un plan d’économies de 2 milliards d’euros sur trois ans.

4600. C’est finalement le nombre d’emplois que Renault compterait supprimer en France (et 15 000 dans le monde). Une mesure qui doit s’inscrire dans le cadre du vaste plan d’économie de 2 milliards d’euros que le constructeur automobile va mettre en place sur trois ans, d’ici à 2024. L’information avait été dévoilée mardi par « le Figaro ».

Elle semble donc se confirmer ce jeudi soir, après la présentation du plan aux organisations syndicales. Une nouvelle présentation, publique cette fois, sera faite ce vendredi matin par le président du groupe Jean-Dominique Senard, ainsi que sa directrice générale (par intérim) Clotilde Delbos. Le constructeur français a vu ses volumes reculer de 3,4 % l’an dernier, à 3,75 millions de véhicules, s’accompagnant d’une perte nette de 141 millions d’euros. Une première depuis dix ans.

Trois sites français devraient fermer

Les capacités de production du groupe au niveau mondial devraient ainsi être réduites, passant de 4 millions de véhicules actuellement à quelque 3,3 millions. Trois sites français devraient fermer, dont la Fonderie de Bretagne (Morbihan). Un quatrième, Flins (Yvelines), devrait mettre fin à sa production automobile d’ici quelques années. Renault emploie en France quelque 48 000 personnes, soit 27 % de ses effectifs globaux dans le monde. 4 600 emplois supprimés, cela représenterait donc près de 10 % de sa main-d’œuvre dans l’Hexagone.

Sachant que le groupe avait déjà mis en place une mesure similaire en 2013. A l’époque, le secteur automobile était en pleine débâcle, après la crise financière de 2008. PSA était au bord de la faillite, et Renault ne se portait guère mieux. Les deux constructeurs avaient d’ailleurs bénéficié dès 2009 d’un prêt « en fonds propres » de l’Etat, à hauteur de 6,5 milliards d’euros, qu’ils avaient commencé à rembourser par anticipation dès 2011.

A voir aussi

L’enseigne nordiste Camaïeu va être placée en redressement judiciaire

Coup dur pour l’industrie textile nordiste : l’enseigne Camaïeu, basée à Roubaix, va être placée …

Laisser un commentaire