Accueil / Animaux / Six anecdotes que vous ignorez probablement sur les chats

Six anecdotes que vous ignorez probablement sur les chats

Le chat est l’animal domestique le plus présent dans nos foyers. En 2017, on comptait pas moins de 13 500 000 chats domestiques en France, soit le premier pays d’Europe en termes de population féline. Autre statistique qui montre la popularité des chats dans l’Hexagone, 29% des foyers en possèdent au moins un. C’est pourquoi Yahoo Actualités a décidé de tenter de vous en apprendre un peu plus sur ces félins déjà bien connus de tous, avec 6 anecdotes que vous ignorez probablement sur ces petites boules de poils.

Ils miaulent pour communiquer avec les humains

À l’état sauvage, les chats adultes ne miaulent quasiment pas. Ils miaulent uniquement lors de bagarres et lors de l’activité sexuelle. En revanche, le miaulement est bien moins rare chez les chats domestiques mais il est réservé pour la communication avec les humains car quand ils communiquent entre eux, ils ne miaulent pas. Donc quand vous entendez votre chat miauler, c’est qu’il essaie de rentrer en communication avec vous pour vous demander des croquettes ou des caresses par exemple.

Ils sont incapables de capter les saveurs sucrées

Les chats sont de vrais carnivores et ne subsistent donc qu’à partir de viande. Des recherches de l’institut Monell Chemical Senses Center (Philadelphie) datant de 2005 ont révélé que les chats, domestiques et sauvages, sont incapables détecter le goût sucré à cause de défauts dans un gène qui contrôle la structure du récepteur du goût sucré. Si vous avez déjà vu un chat mettre quelques coups de langue à un aliment sucré, il ne sentait donc pas ce goût sucré dont beaucoup d’être humains raffolent.

Ils passent près de 70% de leur vie à dormir

Ça ne vous a sans doute pas échappé, mais le chat adore dormir. Son sommeil est très important parce qu’il lui permet d’être en pleine forme pour chasser car même domestiqué et bien nourri, un chat ne perd jamais son instinct de chasseur. En moyenne, un chat dort 16 heures par jour, soit les deux tiers de sa vie. Les chats ont le sommeil léger, il sont prêts à se réveiller à tout moment pour bondir sur une proie ou se sauver.

Les chats augmentent les risques d’avoir des maladies mentales

Une étude a démontré qu’avoir un chat augmenterait les risques de troubles mentaux comme la schizophrénie ou le trouble bipolaire. Cela n’a aucun rapport avec le fait de devenir complètement gaga devant sa petite boule de poils mais c’est en raison d’un parasite contenu dans les excréments des félins. Le Toxoplasma gondii est un parasite très commun que l’on retrouve dans les déjections du chat et il existe un lien entre ce parasite et les maladies mentales. 75% des patients souffrant de troubles bipolaires ont été infectés par ce parasite, tout comme 65% des patients atteints de schizophrénie.

Ils étaient obligatoires à bord des navires

Si la plupart des animaux ne sont pas acceptés au bord des navires, ce n’est pas le cas des chats, bien au contraire. Il existe même encore à ce jour des chats de navires. Leur mission est de chasser les rats et les souris, ces rongeurs susceptibles d’endommager les cordes et les coques du bateau ainsi que de contaminer la nourriture de l’équipage à bord. Les chats étaient tellement importants sur les navires que les compagnies d’assurance refusaient de rembourser les dégâts causés par les rongeurs si un chat n’était pas présent à bord. Jean-Baptiste Colbert, ministre de la Marine de Louis XIV, exigeait des chats à bord des navires. C’est à lui qu’on doit la célèbre phrase : “Ce navire est en état de naviguer, il y a deux chats à bord”.

Aux États-Unis, 60% souffrent d’obésité

L’obésité n’est pas qu’une maladie pour les humains mais aussi pour les animaux. Et comme pour les humains, c’est aux États-Unis qu’elle touche le plus les animaux, dont de très nombreux chats. Selon une étude de l’Association of Pet Obesity Prevention, 60% des chats domestiques aux États-Unis souffrent d’obésité. Les raisons sont une nourriture non-adaptée comme des restes de table, ou une nourriture donnée en trop grande quantité. L’étude a également constaté que les propriétaires de ces chats obèses souffrent souvent eux-mêmes d’un problème de surpoids.

A voir aussi

Chevaux mutilés : dérive sectaire, thèses satanistes, haine des équidés… Les mystères d’une enquête macabre. (Vidéo)

Des juments, étalons, poneys et ânes de 25 départements ont été sauvagement mutilés ces derniers mois. L’enquête s’avère complexe, …

Laisser un commentaire