Accueil / Actualités / Société / Témoignage : « Les gens ont réalisé à quel point on pouvait être importants », estime Mickaël, éboueur toulousain

Témoignage : « Les gens ont réalisé à quel point on pouvait être importants », estime Mickaël, éboueur toulousain

Durant les deux mois de confinement, Mickaël et ses collègues du service de collecte des déchets ont continué à assurer leurs missions, avec le soutien affiché de la population.

Ils font partie de celles et ceux qui n’ont pu rester confinés. En continuant à sortir, tous les jours, pour aller au travail, ils ont permis à tous de se soigner, de se nourrir, et à l’économie de ne pas s’effondrer. Ripeur au service de collecte des ordures ménagères de Toulouse Métropole, Mickaël, 45 ans, a continué à assurer son service quand la grande majorité de la population de la Ville rose était calfeutrée chez elle. Il évoque auprès de 20 Minutes cette période de deux mois à part.

Les conteneurs s’alignent dans le quartier de la Terrasse, un secteur résidentiel de la Toulouse. Accroché à l’arrière du camion, Mickaël, 45 ans, fait les allers-retours pour collecter les ordures ménagères de la population qui s’éveille. Des gestes qu’il a continué à faire durant ces deux mois de confinement dû à l’épidémie de coronavirus, comme la plupart de ses collègues du dépôt de Monlong. Hormis ceux à la santé fragile, tous ont répondu à l’appel, dépassant la peur de pouvoir être en contact avec le Covid-19.

« Depuis le début du confinement, on a redoublé de vigilance, on a pris beaucoup plus de distance de sécurité, par rapport à nous et aux usagers. Nous faisons très attention à ce que l’on ramasse. La collectivité nous a fourni tout le matériel nécessaire pour travailler dans des conditions de sécurité optimale. On a pu aussi décaler les horaires pour ne pas être tous ensemble aussi, tout était adapté pour que l’on travaille dans les meilleures conditions possible », assure l’agent de Toulouse Métropole dans sa tenue si distinctive jaune et verte.

Loin des clichés

Celle que les Chevaliers du Fiel ont rendue populaire aux cours de leurs innombrables sketchs sur les municipaux et leurs lots de clichés sur leur travail. Là, impossible de dire qu’ils ne travaillaient pas. Ils étaient bien au contraire parmi les seuls à être sur le front. « L’ambiance était un peu bizarre par rapport à d’habitude, c’est sûr, mais bon il faut bien assurer la collecte pour que tout le monde puisse vivre un minimum comme d’habitude. Les gens consomment plus, ils sont à domicile, ils mangent midi et soir, ce qui fait que sur les poubelles, ça se ressent énormément », explique l’agent de propreté urbaine.

Et ce travail de l’ombre, il le sait, n’est désormais plus regardé de la même manière par la population. « Nous avons eu énormément de messages de soutien, ce qui nous a fait très plaisir. Des mots sur les bacs, beaucoup d’applaudissements aussi aux fenêtres, ce qui nous a aidés à aller de l’avant. Certains ont récupéré les mots pour les garder en souvenir », raconte Mickaël alors que son collègue vient de reposer devant une villa une poubelle sur laquelle on peut lire « merci ».

A voir aussi

Cette ex-ballerine, souffrant d’Alzheimer, se souvient de son passé en écoutant « Le Lac des cygnes ». (Vidéo)

La musique a de nombreux effets positifs sur la santé et est notamment utilisée pour …

Laisser un commentaire