Accueil / Actualités / Faits divers / Terrorisme : un adolescent de 15 ans interpellé en Moselle

Terrorisme : un adolescent de 15 ans interpellé en Moselle

Le mineur a été placé en garde à vue jeudi dans le cadre d’une enquête ouverte mi-octobre pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. Les enquêteurs cherchent à savoir si le jeune, suspecté d’avoir envisagé une action violente, comptait réellement passer à l’acte.

Dix jours après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où un professeur d’histoire-géographie, Samuel Paty, a été tué et décapité par un jeune Tchétchène, un adolescent de 15 ans a été interpellé pour terrorisme au domicile de ses parents mardi 27 octobre dans la matinée en Moselle.

L’adolescent a été placé en garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte à la mi-octobre (avant l’assassinat de Samuel Paty) pour association de malfaiteurs terroriste criminelle par le Parquet national antiterroriste (PNAT).

Selon nos informations, le jeune homme, qui n’est ni fiché S ni inscrit au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), a fait l’objet d’un signalement. Placé sous surveillance technique par les policiers de la DGSI, le mineur aurait montré sa volonté de passer à l’action, sans pour autant avoir de projet établi.

Les enquêteurs cherchent à savoir si le suspect avait réellement l’intention de passer à l’acte ou s’il s’agit de pures chimères. « C’est un mineur très branché propagande avec un potentiel velléitaire. Reste à savoir s’il était seulement bavard ou s’il y pensait vraiment » précise une source proche de l’enquête. « Dans le contexte de menace actuel, nous n’avons voulu prendre aucun risque » explique un homme du renseignement.

Une menace «élevée et constante» en France

L’arrestation de ce mineur intervient alors que « la France est la cible d’une menace terroriste élevée et constante », selon un récent télégramme du directeur général de la police nationale (DGPN), Frédéric Veaux. Dans ce document interne, le patron de la police demande à ses troupes de sécuriser un maximum les rassemblements de personnes « notamment à l’occasion des célébrations religieuses chrétiennes de la Toussaint, mais également vis-à-vis des associations et lieux de culte musulmans dont les représentants ont publiquement condamné les attentats terroristes. ». « La forme d’actions individuelles ou collectives, le risque de recours à des armes blanches ou à des armes par destination doit être pris en compte », avertit Frédéric Veaux.

Dans la foulée, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait également publié une note à l’attention des mêmes services au sujet de « l’application de mesures de vigilance accrues à la suite de la publication de nouvelles menaces visant la France ».

A voir aussi

Fête clandestine pour un anniversaire à Marseille… Amende salée pour une cinquantaine de convives, l’organisateur interpellé

Ce mardi matin que des policiers ont verbalisé 45 personnes qui participaient à une fête …

Laisser un commentaire