Accueil / Actualités / France / TousAntiCovid : nouvelles fonctions, suivi… Que vaut l’application qui remplace StopCovid ?

TousAntiCovid : nouvelles fonctions, suivi… Que vaut l’application qui remplace StopCovid ?

Depuis son lancement hier, l’application du gouvernement TousAntiCovid compte déjà trois millions d’utilisateurs. À quoi sert-elle ? Est-elle indispensable ? On fait le point.

La première avait fait un flop. La seconde a connu quelques couacs pour son lancement. Mais TousAntiCovid, la nouvelle version de StopCovid, affiche déjà un certain succès.

Lancée jeudi 22 octobre 2020 sur les plateformes de téléchargement iOS et Android, l’application gouvernementale de traçage des cas de Covid-19 compte déjà plus de trois millions d’utilisateurs.

Que vaut vraiment cette mise à jour ? À qui s’adresse-t-elle ? Est-elle fiable ? On fait le point.

Un bug technique dès le lancement

Avec TousAntiCovid, le gouvernement entend faire oublier le fiasco de la première version. Depuis son lancement fin juin, StopCovid n’a été téléchargée que 2,7 millions de fois. 24 heures seulement après son déploiement, la seconde version en compte 3 318 351 [selon les chiffres relevés ce vendredi matin, ndlr], soit environ 600 000 utilisateurs de plus.

Un chiffre encourageant, qui aurait toutefois pu être bien plus important. Des incidents techniques sont en effet survenus quelques heures après le lancement de l’appli, en raison des « très (trop) nombreuses tentatives d’activation simultanées », selon le secrétaire d’État chargé de la Transition numérique Cédric O. Ce vendredi, ce bug d’activation semble résolu.

À quoi sert cette appli ?

Le cœur de l’application reste le même : à l’image de sa grande sœur, la seconde version reste un outil d’identification des chaînes de contamination au Covid-19 partout en France.

Grâce à elle et au système Bluetooth, un utilisateur peut ainsi savoir – par le biais d’une notification et sur l’onglet « Ma santé » – s’il a été en contact rapproché avec une personne testée positive au cours des derniers jours.

L’utilisateur testé positif au Covid peut de son côté « prévenir immédiatement les personnes [lire ci-dessous] qu’il aurait pu contaminer durant sa période de contagiosité », détaille le gouvernement.

Grâce à cette information, les utilisateurs qui auraient été en contact avec lui vont pouvoir s’isoler et éviter de contaminer à leur tour de nouvelles personnes.

Quant à son utilisation, elle est basée sur le volontariat et entièrement gratuite. Tout le monde peut donc s’en servir, il suffit pour cela de la télécharger sur smartphone et d’activer, au gré des situations, le mode Bluetooth.

Ce qui change par rapport à StopCovid

Si on ne note pas de changements majeurs, l’application a été enrichie et propose depuis hier des fonctionnalités et contenus supplémentaires.

Parmi les nouveautés figure l’activation de l’application. Si, avant, il fallait laisser tourner l’application une fois connecté, les utilisateurs peuvent désormais se connecter et déconnecter manuellement (et donc préserver la batterie de leur téléphone !). En résumé, c’est l’utilisateur qui choisit le bon moment pour lancer l’application : dans un lieu public, au travail, dans les transports en commun, etc.

Par ailleurs, les utilisateurs ont désormais accès à des informations sur la situation sanitaire à l’échelle du pays (nouvelles mesures, état de la situation dans les hôpitaux, seuils d’alerte, etc.) et à des chiffres clés (nombre de cas en France, de décès, de reproduction du virus, évolution du taux d’incidence, du taux de positivité des tests, du taux d’occupation des lits de réanimation, mais aussi le nombre de téléchargements de l’application, de personnes notifiées par l’application et de cas de Covid déclarés).

Des données locales (villes et départements) devraient compléter la liste d’ici quelques jours.

A voir aussi

L’ancien président Valéry Giscard d’Estaing hospitalisé à Tours

Valéry Giscard d’Estaing a été hospitalisé ce dimanche 15 novembre à Tours. L’ancien président de …

Laisser un commentaire