Accueil / Coronavirus / Une fleuriste à Lille offre tout son stock de fleurs coupées avant fermeture pour cause de coronavirus.

Une fleuriste à Lille offre tout son stock de fleurs coupées avant fermeture pour cause de coronavirus.

Le coronavirus bouscule nos vies. Certains pleurent en ce moment un proche, d’autres luttent contre le virus ou craignent pour la vie de quelqu’un qu’ils aiment. Certains ont des doutes sur leur avenir professionnel, sur leurs finances, sur la vie qui nous attend tous pendant les jours et même semaines à venir.

Certains corps de métier sont fortement mobilisés. On pense forcément au personnel soignant mais aussi aux pompiers, aides maternelles, policiers, au personnel des magasins qui restent ouverts. Mais il y a aussi de nombreux commerces qui ont dû fermer. 

Pour les secteurs en crise comme la librarie, ces jours de fermeture vont avoir un impact énorme surtout face à la concurrence du géant Amazon. Des libraires ont donc d’ores et déjà pensé à celles et ceux qui voudront acheter un livre pendant cette période et proposent des alternatives alors n’hésitez pas consulter ceux de votre région ! 

Autres secteurs qui seront durement touchés : tous ceux qui doivent fermer mais qui travaillent avec des produits frais. Les restaurants qui avaient dans leurs frigos de quoi travailler normalement, les bars mais aussi par exemple les fleuristes. 

C’est le cas de Fleuride, à Lille. Alors que depuis samedi soir tous les commerces, dont les fleuristes, doivent fermer, la commerçante s’est retrouvée avec son stock de fleurs coupées. Elle s’était réapprovisionnée le matin même comme elle l’a indiqué elle et a été prise au dépourvue en apprenant la fermeture.

Ce dimanche matin, elle a donc ouvert expectionnellement. Non pas pour essayer de tout vendre mais pour tout donner ! Lydie Desrumaux, la jeune fleuriste, a repris le magasin en 2015, à la suite du décès de sa mère. Connue dans le quartier Saint-Maurice Pellevoisin, son initiative a surpris les gens. 

« Des gens étaient presque gênés de ne pas payer mais, de toute façon, je crois que je n’avais pas le droit de vendre. »

A voir aussi

Covid-19 : Clermont-Ferrand, Dijon, Orléans… ces villes sous la menace du couvre-feu

Dans plusieurs métropoles, les indicateurs s’affolent. Clermont-Ferrand, Tours, ou encore Dijon pourraient basculer ce jeudi …

Laisser un commentaire