Accueil / Île de France / Val-de-Marne : Le bidonville du Parc des Lilas, à Vitry-sur-Seine, détruit

Val-de-Marne : Le bidonville du Parc des Lilas, à Vitry-sur-Seine, détruit

Le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été démoli jeudi dernier.

Le bidonville du parc des Lilas était installé depuis plus d’un an à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Il a été évacué et détruit jeudi dernier en présence des forces de l’ordre. 

« Des réalités multiples »

Quelque 300 personnes vivaient dans ce camp de fortune, venant de Roumanie, de Moldavie ou d’Ukraine. « Sur ce terrain, les réalités sont multiples, estime l’association Romeurope. Certaines personnes sont en demande d’asile, d’autres sont citoyens de l’Union Européenne (UE) et travaillent depuis longtemps. Parmi elles, de nombreuses personnes vulnérables : femmes enceintes, enfants et nouveau-nés, personnes gravement malades ». 

Lors de l’évacuation, il ne restait plus grand monde dans le bidonville : selon Romeurope, une seule famille était encore présente sur le terrain. 

« Toutes les autres semblent être parties précipitamment, en abandonnant de nombreuses affaires ». 

« Scandalisé »

Plusieurs associations et politiques se sont émus de l’évacuation de ce camp dans un contexte de crise du Covid-19. C’est notamment le cas de la Ligue des Droits de L’Homme du Val-de-Marne : « Les associations nationales et locales alertent depuis plusieurs semaines sur les risques de voir à nouveau des familles expulsées sans solution de logement durable mais rien n’y fait : c’est dire dans quel mépris les associations sont tenues par les différentes autorités politiques ». 

« Scandalisé », le candidat aux législatives partielles à Vitry-sur-Seine et Alfortville pour la France Insoumise, Christian Benedetti, était aussi présent le jour de l’évacuation : « Je demande à l’État et aux services de l’État de tenir ses engagements d’éradication des bidonvilles et de mise à l’abri des personnes concernées en prenant en compte les projets de vie des personnes et des familles.
Je demande aux collectivités territoriales de se mobiliser pour des choix dignes et humains », a-t-il déclaré. 

Christian Benedetti, notre candidat insoumis pour la législative de septembre de Vitry-Alfortville était présent voie des Monis a Vitry pour soutenir et protester contre l’expulsion de 70 familles Roms.

Publiée par Vitry Insoumise – 94 sur Vendredi 21 août 2020

Quid des enfants scolarisés ?

Selon Romeurope, deux familles du bidonville, ont été mises à l’abri en hôtel, à Villejuif et à Vitry-sur-Seine, pour une durée de sept jours, par la DRIHL (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement) : 

« Pour bénéficier d’une mise à l’abri, la préfecture du Val-de-Marne a des critères très précis et restrictifs : avoir des enfants de moins de trois ans, être enceinte ou présenter une vulnérabilité apparente. En plus de ces critères, les personnes doivent être présentes le jour de l’expulsion. Si nous saluons cette initiative, la durée d’hébergement nous semble courte. Bien trop courte pour des enfants scolarisés qui se retrouveront une fois de plus en errance lors de la rentrée scolaire ». 

Et de poursuivre : « Nous pensons également aux autres personnes dispersées en Ile-de-France à qui aucune solution n’a été proposée. Ces familles vont devoir recommencer de zéro. Démarches administratives, suivi médico-social, scolarisation… Avant la prochaine expulsion ? ». 

Selon Romeurope, le camp du parc des Lilas était le lieu de vie de « 37 enfants scolarisés sur le terrain, 8 étaient même censés entrer au collège cette année ». 

D’autres bidonvilles ciblés en Ile-de-France

La justice avait autorisé en mai dernier le Département du Val-de-Marne à faire évacuer le camp du parc des Lilas en raison de sa dangerosité : le bidonville se situe en effet sur d’anciennes carrières et une zone à risque d’affaissement. La justice avait été saisie dès l’installation du camp sur ce secteur. 

Selon l’association Romeurope, d’autres bidonvilles devraient être la cible d’expulsion « avant la fin de l’été », notamment à Drancy, Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Champs-sur-Marne, Noisiel (Seine-et-Marne) et Savigny-sur-Orge (Essonne). 

Laisser un commentaire