Accueil / Actualités / Faits divers / Vaucluse : le corps d’un homme mort depuis plusieurs mois découvert dans un clic-clac

Vaucluse : le corps d’un homme mort depuis plusieurs mois découvert dans un clic-clac

Le cadavre était caché dans le coffre d’un canapé-lit dans un appartement du centre-ville de Carpentras près d’Avignon. Deux jeunes ont été placés en garde à vue. 

Des policiers ont fait la macabre découverte ce mercredi 12 août dans un appartement situé près de la mairie de Carpentras dans le Vaucluse.

Alertés par les voisins au sujet d’odeurs nauséabondes, les agents ont trouvé dans le coffre du canapé-lit, le corps d’un homme.

Au vu de l’état de décomposition avancée du cadavre, sa mort pourrait remonter à plusieurs mois. Le corps était en train de se momifier et des os commençaient à apparaître à certains endroits de la dépouille.

Piste criminelle envisagée

Alors que la police était en train d’effectuer des prélèvements dans l’appartement, la locataire du logement est arrivée avec l’un de ses amis. 

Les deux personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. La locataire, une jeune femme âgée de 24 ans souffre apparemment de troubles psychologiques et psychiatriques. Elle a déjà été hospitalisée dans l’établissement psychiatrique de Montfavet.

Durant les auditions des deux suspects – au départ les policiers s’étaient concentrés sur le recel de cadavre – certaines informations ont orienté l’enquête sur l’hypothèse criminelle : l’homicide volontaire est sérieusement envisagé.

La garde à vue a été prolongée de 48 heures jusqu’à ce vendredi soir afin de déterminer les circonstances de la mort de cet homme et surtout son identité.

L’identité de l’homme toujours inconnue

Une autopsie a été ordonnée. Elle a été effectuée ce jeudi 13 août mais n’a pas permis d’identifier l’homme ni les causes de la mort. Des analyses ADN ont été faites, ainsi que des radios et examens dentaires. 

A voir aussi

Lozère : le chat Pépito blessé par un plomb de carabine, sa maîtresse porte plainte

La propriétaire de Pépito, qui habite à Balsièges en Lozère, témoigne, entre douleur, colère et …

Laisser un commentaire